Ce qui se passe au Proche-Orient manifeste une fois encore le mépris du clan Judéo-Protestant, washingtonien et israélien, pour la vie de ceux qui ne sont pas des leurs ou refusent de leur être soumis. Ces gens prospèrent sur le chaos.

J’admets pleinement que le massacre du 7 octobre méritait une riposte à la hauteur de l’attaque. Il me semble, en effet, que le livre de l’Exode impose une sanction égalitaire, si la punition en retour est voulue. Chez nous, après les tueries islamiques, l’État oublie et ne sanctionne pas vraiment, ce que je regrette… La loi du Talion dit bien, œil pour œil, dent pour dent. Le mot lui-même vient du latin Talis signifiant semblable. Or nous constatons une disproportion de la riposte des Israéliens. Elle atteint une cible élargie à de simples personnes étrangères à cet attentat et très certainement davantage impliquées dans leur survie que dans l’idéologie. Des milliers de Palestiniens, hommes, femmes, enfants, meurent ou sont blessés sous les bombes israélo-états-uniennes.

Les Israéliens ne respectent donc même pas les principes anciens de leur propre religion. Je pourrais me réjouir de cette guerre en y voyant la recherche d’un abaissement de l’Islam dont nous subissons en France, à la fois l’invasion et la violence inhérente à l’application intégrale de ses textes fondateurs. Après tout le Coran et les textes annexes regorgent d’appels au meurtre des juifs et des chrétiens; mais je porte un regard plus global sur cette affaire. Outre le fait qu’il y ait aussi des chrétiens parmi les tués, ce qui serait suffisant pour me déterminer contre cette méthode de guerre, je vois surtout un risque majeur qui m’amène à considérer cette opération comme criminelle, hypocrite et dangereuse.

Israël se dévoile tel qu’il est, en appendice des États-Unis qui se veulent les maîtres de l’Occident, à moins plus sûrement, que l’univers des protestants états-uniens soit tellement associé à la diaspora juive qu’il y ait une relation intime entre les intérêts des uns et des autres. Les méthodes de bombardement sont d’ailleurs très visiblement dupliquées des raids aériens états-uniens qui ne font jamais cas des effets collatéraux. Souvenons nous, à cet égard, de Madeleine Albright qui, en 1996, à propos du conflit irakien et la mort de plus de 500 000 enfants à la suite de l’intervention états-unienne, affirma que le prix en valait la peine.

Cet ensemble politico-religieux détenant la plupart des médias européens et nord-américains, disposant des relais politiques au plus haut niveau en Europe et du formidable réseau des Sayanims, peut rester indifférent aux conséquences de ses actions ou même les assumer.

Israël nous implique ainsi dans un conflit que nous ne souhaitons pas, car il est lourd de conséquences possibles pour nous. Si les dirigeants des pays musulmans peuvent faire preuve de pragmatisme, tout comme Israël qui n’hésite pas à flirter avec eux, il en est autrement des peuples.

L’Ouma est par nature rigide et solidaire. La population musulmane vivant en France s’inscrit entièrement dans cette collectivité islamique. Elle se positionne du côté des Palestiniens et du Hamas regardé comme une organisation défendant les musulmans. Il est clair que dans cette guerre, l’éradication du Hamas n’est qu’un prétexte pour vider la bande de Gaza de ses habitants et ainsi avancer vers l’objectif de création de ce Grand Israël qui aurait été celui du roi David. Il n’est donc pas irréaliste de s’interroger sur la trop parfaite réussite du raid du groupe terroriste.

Après tout la CIA a bien monté le piège ukrainien dans lequel la Russie est tombée et a étonnamment installé un président ukrainien de religion juive.

Les Israéliens voudraient apparemment reprendre et achever le combat biblique entre les Hébreux et les Philistins. Mais ni eux ni les Palestiniens ne sont réellement les héritiers de ces deux peuples antiques. Dans cet affrontement nous avons en présence des Occidentaux et des populations arabisées. Il ne s’agit pas d’un affrontement immémorial, mais d’une lutte entre le monde occidental américanisé et un monde dominé par l’Islam. En tout cas c’est ainsi qu’il est perçu par les musulmans.

Cependant, nous Français qui relevons de l’Occident vrai, celui que nous avons en très grande partie bâti, ne pouvons accepter cette façon de procéder à laquelle certains voudraient nous associer.

Dans les circonstances actuelles Israël agit naturellement en harmonie avec les ambitions étatsuniennes. Dans l’idéologie de la caste dominante à Washington, le désordre permet de mieux soumettre les peuples en suscitant de nouveaux dirigeants, de nouvelles entités ou de nouvelles frontières, comme notamment sur le continent européen.

Les États-Unis ont attisé des «révolutions de couleur» dans l’ancienne URSS et fomenté le « printemps arabe » au Proche et Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Ils ont surtout tenté de façonner d’autres pays et de modifier l’ordre mondial au prétexte de la diffusion des principes démocratiques et des «droits de l’homme» et surtout de la supériorité de leur mode de vie, l’american way of life, qu’eux seuls imaginent universel. Leur intervention en Ukraine procédait de cet objectif.

Les « modèles de démocratie » se sont effondrés les uns après les autres. Ils ont créé un chaos propice à leur hégémonie et à l’exploitation, à leur profit, des richesses des sols et des sous-sols. Ne dit-on pas qu’il y aurait des gisements d’hydrocarbures au large de Gaza?

Face à cette menace de déstabilisation les responsables des pays arabisés se taisent. Ils sont certainement satisfaits de l’élimination d’un danger terroriste et se méfient aussi des réactions populaires qui les obligeraient à s’engager. Ils craignent surtout de subir les manœuvres hostiles des deux complices.

Cette guerre s’avérait ainsi inévitable, seule la date de son déclenchement ne pouvait être précisée. Dans la suite des conflits en Irak et en Syrie, face à la montée en puissance iranienne, voire turque, elle est logique. Elle prolonge aussi celle menée en Ukraine, dont les conséquences ne sont cependant pas totalement celles qu’envisageaient les États-Unis. Elle aura ressuscité un géant mais abaissé économiquement les principales puissances européennes, dont la plupart sont devenues plus étroitement dépendantes militairement et politiquement de Washington. Elle précède un nouveau chaos en Asie, à propos de Taïwan, face à la Chine.

La devise du maréchal de Lattre était « ne pas subir ». Or la France subit. Ceux qui la dirigent, espérant une vêture supranationale, ne peuvent plus exprimer la voix traditionnellement puissante de notre pays. Engoncés dans l’européisme, ils font ce qui leur est dit de faire quand bien même ils pourraient faire différemment. Un espoir d’un recouvrement d’autonomie pourrait toutefois être perçu dans le refus des trois pays latins, Italie, Espagne et France, d’engager leurs Marines, en mer Rouge, à côté de la Marine états-unienne, face aux Houthis yéménites associés au Hamas. Il est vrai que ces trois pays méditerranéens se trouvent au contact immédiat des terres et des peuples musulmans. Le danger oblige… Ils ne prendront pas le risque qu’un soutien aussi marqué à Israël les entraîne dans une guerre israélo-étatsunienne qui n’est pas la leur. Plus curieux est le désistement de l’Australie qui bien qu’appartenant à l’univers anglo-saxon, tient sans doute rigueur aux États-Unis de l’avoir grugée dans l’affaire des sous-marins.

Il est donc grand temps de se pencher sur les causes de notre abaissement et d’y remédier. Il est urgent de retrouver notre indépendance pour agir et défendre nos intérêts nationaux. Ils ne sont ni ceux des États-uniens, ni ceux des Israéliens, ni évidemment ceux de l’Union Européenne.

Général (2s) Henri ROURE

STRATPOL
Les derniers articles par STRATPOL (tout voir)

12 thoughts on “La loi du plus fort

  • Eh bien, Général, j’ai trouvé votre article intéressant, pertinent, et hardi.
    Mais ce n’est pas le cas de nombreux sine baculo qui commentent.
    L’un, ayant lu de travers, s’offusque et en demande la suppression, un autre s’indigne qu’on ose contester le droit de “se défendre”, sans rappeler que “on” avait financé pendant des décennies ce contre quoi “on” se défend furieusement ; un autre, qui se dit chrétien orthodoxe, présente le koran comme un ouvrage moins violent (la paille) que la Bible (la poutre)… on se demande comment il l’a lu ; il ne semble pas savoir que même l’Arabie était byzantine au VIème siècle, sans parler de toute l’Afrique du Nord, où se trouvaient 600 évêchés, conquise, selon Ibn Khaldoun, “par le fer et par le feu” et que l’islam s’est répandu partout par la violence et le pillage… Connaît-il l’Évangile ? c’est tout le contraire.
    “Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge !” aurait dit Voltaire.
    Bon courage !

    Répondre
  • Bof. 62% de la population israélienne est d’origine arabe. 20% d’arabes locaux. 58 % des juifs, dont 44% de sefarades et 14% de “,mixtes”. Lord du vol et de la déportation de 850 000 “arabes” juifs, par leurs voisins musulmans, beaucoup se sont installé en Israël.
    Pour ce que j’en ai vu, on trouve plus de falafels que de carpe farcies dans la rue.
    La violence de la réaction est peut être à comprendre dans le contexte de cette mémoire historique, mais aussi peut-être comme un signe “d’intégration” à la “culture” de la région…. Quelles différences avec Mossoul, Alep, la Gutta, etc…?
    Ine chose est sûre, la principale différence entre antisionisme et antisémitisme, c’est que dans les 2 cas, cela touche surtout des juifs…

    Répondre
  • Celui qui a écrit cet article n’a jamais ouvert un Coran et ne connaît rien de l’islam.

    Il fait l’amalgame entre musulmans et terroristes.
    Le Coran ne parle jamais de tuer les juifs ou les chrétiens mais de les protéger.

    La sharia impose la protection des juifs et chrétiens en cas de guerre.

    Du pure sionisme cet article.

    À gerber.

    Répondre
    • Complètement faux.
      Le coran appelle à tuer les “associateurs”, terme qui désigne les chrétiens en raison du dogme trinitaire.
      De plus, si effectivement le coran appelait les musulmans à protéger les chrétiens, alors pourquoi depuis les débuts de l’islam celui-ci a-t-il massacré ces derniers à tour de bras quand il ne les réduisait pas en esclavage. Une incompréhension ?

      Répondre
    • Chrétien orthodoxe, j’ai lu le Coran et trouve l’ancien testament bien plus violent. Juste il dit “dévouer par interdit” à la place de massacrer.. Donc oui je vous rejoins, la plupart de ces gens endoctrinés cherchent la paille dans le coran mais ignorent la poutre dans la Bible !

      Répondre
  • L’article a tout à fait raison de rendre justice en rappelant la disproportion manifeste de la riposte des Israéliens , et en disant qu’elle atteint “une cible élargie à de simples personnes étrangères à cet attentat et très certainement davantage impliquées dans leur survie que dans l’idéologie”.

    Je ne comprend pas deux points de cet article :
    1) En quoi l’Australie aurait-elle été grugée dans l’affaire des sous-marins? C’est la France qui a été grugée …. L’Australie devrait verser une indemnité de 550 Millions (pour un contrat annulé de 56 Milliards d’euros, soit une indemnité de 1% …), c’est une paille par rapport à la pression amicale US …

    2) A propos de la CIA et l’Ukraine, il est dit que la Russie serait “tombée dans le piège ukrainien” …?
    C’est une présentation tronquée, il s’agit bien en Ukraine, depuis plus de 10 ans d’une intervention US, qui a installé un régime fantôche, nazifiant et hyper corrompu, mais qui OBLIGE la Russie à intervenir militairement, sous peine de menace existentielle. C’est si elle n’était pas intervenue qu’elle serait tombée dans le piège …

    Répondre
  • C’est quoi ce délire sur les “judéo-protestants” ? Toujours les mêmes vieux poncifs cathos… Comme si surtout on ne voulait pas assumer de désigner ouvertement le sionisme (et non pas non plus le judaïsme) comme le fauteur de guerre en Palestine depuis un siècle.

    Répondre
  • C’est vraiment malheureux. Une religion qui a deux milliards d’adeptes dans ce monde complètement piétinée par l’auteur de cet cet article sans discernement. “Il se réjouit en quelqu e sorte de la mort de Civiles parce qu’ils sont musulmans”. Je demande à stratpol de se saisir et de ne pas diffuser de texte xénophobe. Rq: je suis un admirateur de stratpol et je ne rate pas un seul numéro

    Répondre
    • Il me semble que vous faites un contresens, l’auteur parle bien de :
      ” la disproportion de la riposte des Israéliens. Elle atteint une cible élargie à de simples personnes étrangères à cet attentat et très certainement davantage impliquées dans leur survie que dans l’idéologie. Des milliers de Palestiniens, hommes, femmes, enfants, meurent ou sont blessés sous les bombes israélo-états-uniennes”.
      L’auteur se désole donc de la mort de tous ces civils palestiniens musulmans (et chrétiens) innocents, et en fait reporter la responsabilité sur la riposte disproportionnée des israéliens.
      Et pointent des intérêts cachés des israéliens et des américains concernant la bande de Gaza et l’idéologie du “Grand Israël” …

      Répondre
  • L’analyse de cet article relève du plus pur délire et aussi d’un déni profond.
    Qu’il s’agisse de l’Algérie à l’époque du FIS de la guerre Iraq / Iran, de la guerre en Tchéchénie, de ce qui se passe en ce moment même en Afghanistan, des Ouïghours en Chine, des massacres de chrétiens en Afrique, de ce qui se passait il y a peu entre le Yémen et l’Arabie Saoudite et cette liste n’est pas exhaustive, le constat, car il s’agit d’un constat, non seulement les guerres et la violence de l’islam sévissent partout dans le monde, elles sont meurtrières, mais elles sont indépendantes les unes des autres.
    Pourquoi l’auteur de cet article est-il si critique pour ce qui se passe en Israël ?
    La première remarque est qu’il a pris la mauvaise habitude de croire que les Juifs ne se défendaient pas, il est donc choqué de voir que cela a changé, Dieu merci.
    D’autre part il utilise un concept dépourvu de toute rationalité : la réponse proportionnée. Je ne connais pour ma part aucune guerre proportionnée. Si en effet un des adversaires n’écrase pas l’autre, la guerre risque de se prolonger indéfiniment.
    Ensuite, puisque ce concept ne peut rien justifier pour toute personne censée, il est clair que comme dans toutes les guerres les civils NON IMPLIQUÉS payent un lourd tribu sans qu’il ne s’agisse de crime de guerre, mais juste de dégâts collatéraux.
    Finalement au delà de toute considération objective, ce qui le dérange c’est Israël. Le “soutien” des USA vient ajouter à sa frustration.
    En effet, Israël existe, est fort et rien ne peut le détruire ou même l’affaiblir.
    Et, la volonté du peuple d’Israël plus ou moins bien exprimée est claire. Les terroristes du Hamas seront éliminés jusqu’au dernier.
    C’est sans doute la crainte la plus forte. Israël continuera à vivre, et en plus dans la sécurité.

    Répondre
    • La réponse proportionnée est de même nature que celle qu’a voulu mener la Russie en Ukraine.

      Répondre
    • “C’est sans doute la crainte la plus forte. Israël continuera à vivre”

      A votre place, j’irai y vivre et cela nous ferait des vacances.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.