ArméesArticleEuropeRussie

Jean-Pierre Petit et les nouvelles armes russes : vers un monde multipolaire ?

Certaines armes russes actuelles ont plusieurs décennies d’avance sur le reste du monde, et c’est en grande partie grâce aux recherches du chercheur français Jean-Pierre Petit1.

Dès 1975, Jean-Pierre Petit a émis l’idée que pour atteindre des vitesses hypersoniques dans l’air (soit supérieures à mach 3,6), il fallait supprimer l’onde de choc. Pour cette idée trop originale, il a été qualifié de malade mental par le CNRS et le monde de la recherche de l’OTAN, et mis au ban de la recherche officielle.

Il a effectivement trouvé comment supprimer l’onde de choc : c’est ce qu’il a appelé la magnéto-hydro-dynamique (MHD). La MHD permet d’agir sur un fluide (air ou eau) au moyen de forces électromagnétiques, pour diriger son écoulement, par exemple autour de la pointe d’un avion, d’un missile, ou d’un drone sous-marin.

Dès le départ, les Russes se sont dit “pourquoi pas”, ils ont suivi de près ses publications, et ont fait leurs propres recherches, puis les ont mises en application. Il a fallu 40 ans aux Russes pour passer des publications de Jean-Pierre Petit à des armes déployées. À ma connaissance, il n’a pas travaillé avec les Russes, qui ont simplement suivi ses publications.

Le 1er mars 2018, il y a environ 5 ans, Vladimir Poutine prononce un discours à l’Assemblée Fédérale de Russie, et à la fin de ce discours, il présente les nouvelles armes russes.

Le 13 avril 2018, Jean-Pierre Petit revient sur ce discours dans une vidéo:

Dans sa vidéo, Jean-Pierre Petit (JPP) choisit des extraits de ce discours, en fait l’analyse minutieuse, et nous explique comment fonctionnent ces armes, avec ses qualités de chercheur et de pédagogue.

Cette vidéo essentielle permet à elle seule de comprendre l’enjeu stratégique et politique mondial de ces nouvelles armes. En voici quelques morceaux choisis:

— Vladimir Poutine (VP) : le nouveau missile balistique2 Sarmat est capable d’atteindre n’importe quelle cible sans limite de portée en survolant un des deux pôles.

— JPP : le système antimissile US a prévu seulement le pôle nord, mais pas le pôle sud. Le Sarmat rend donc caduc le système antimissile US. Seule l’énergie nucléaire permet une portée infinie.

— VP : j’annonce un nouveau missile de croisière3 donc à trajectoire imprévisible. Un bouclier antimissile ne peut pas intercepter ce missile, car le principe d’un tel bouclier est qu’une trajectoire balistique est prévisible. La portée est illimitée.

— JPP : comment peut fonctionner un missile non balistique de portée illimitée ? Il fonctionne avec un petit réacteur nucléaire embarqué, sans blindage car il n’y pas d’humain à bord. Le premier lancement a eu lieu en 2017. Le réacteur est amorcé seulement après le lancement, pour ne pas émettre de rayonnements avant le lancement, et il fonctionne pendant une très courte durée, son temps de trajet du lancement à la cible.

   * Le réacteur nucléaire a deux fonctions : il sert à la propulsion, et aussi à produire l’électricité qui rend la MHD possible, ce qui permet de supprimer l’onde de choc, et rend le missile hypersonique (voir ci-dessous).

   * On peut transposer la MHD dans l’eau. Les Russes ont conçu et déployé un missile de croisière (ou drone) sous-marin, qui peut se déplacer à de très grandes profondeurs, et est ainsi inaccessible à l’interception. Il est capable de frapper partout. Comme le missile non balistique, il embarque un petit réacteur nucléaire, ce qui permet d’utiliser la MHD pour la propulsion (silencieuse, car sans hélice et sans turbulence) et pour supprimer les ondes de choc.

   * Il n’a pas de blindage, car il n’y a pas d’humain à bord, et sa vitesse est très élevée.

   * C’est une arme de dissuasion, car elle est capable de destructions énormes en créant un tsunami près d’une côte. L’arme embarquée est conventionnelle ou nucléaire. Le 1er essai a eu lieu en 2017.

— VP présente le Kinzhal, missile aéroporté très manœuvrable, se déplaçant à mach 10, de portée d’environ 2000 km, qui peut donc atteindre sa cible en quelques minutes, et qui peut emporter une charge classique ou nucléaire4.

— JPP : ce missile utilise forcément la MHD. Il n’est pas possible de l’intercepter, car sa trajectoire est imprévisible, et il est indétectable par les moyens actuels, à cause de sa vitesse de mach 10.

   * Le domaine supersonique s’étend de mach 1 à mach 3,6 (cas du BlackBird US, l’avion piloté le plus rapide); à mach 3,6 l’échauffement dû à la compression de l’air est le maximum possible avec les matériaux existants.

   * Le domaine hypersonique se situe au-dessus de mach 3,6 : la MHD est indispensable pour réduire l’échauffement et éviter les ondes de choc.

   * Pour que la MHD soit possible, il faut disposer d’une forte puissance électrique embarquée, pour produire des forces électromagnétiques qui contraignent le fluide à se configurer de manière à pouvoir s’écouler, ce qui empêche les ondes de choc de se former.

— VP déclare : “notre système est unique au monde”.

— JPP fait le point sur les armes développées et déployées :   

   * des missiles de portée infinie, grâce à l’énergie nucléaire, balistiques ou non balistiques, impossibles à intercepter, soit parce qu’ils passent par le pôle sud, soit parce qu’ils ont une trajectoire imprévisible

   * des drones sous-marins à énergie nucléaire et MHD, de portée infinie

   * des missiles de portée moyenne de 2000 km, hypersonique à mach 10, aussi à énergie nucléaire et MHD (le Kinzhal).

— VP présente un planeur hypersonique, opérationnel, arme stratégique de grande maniabilité, capable de frapper partout, se déplaçant par gravité à mach 20, invulnérable, fait de matériau composite, pouvant monter à 2000°C, le nez est entouré de plasma, donc protégé des tirs laser.

— JPP : le planeur hypersonique est placé en orbite par une fusée classique, le vol plané est mu par la gravité, sans propulsion, sans réacteur nucléaire, il utilise la MHD, l’électricité venant de l’énergie cinétique. Le planeur surfe sur son onde de choc, ce qui lui assure une très grande finesse, et une très grande portée.

 

Voici les conclusions de Jean-Pierre Petit (en avril 2018) :

  • Les Russes n’ont jamais menti sur leur capacité militaire. Il n’y a pas besoin de milliers de missiles, il suffit d’avoir un petit nombre d’armes impossibles à intercepter, ce qui permet une dissuasion efficace.
  • Avec ces nouvelles armes, le monde devient bipolaire, avec une évolution possible vers un monde multipolaire, et c’est une garantie de paix, contrairement à un monde unipolaire5.

Le lecteur aura remarqué l’exergue choisi par JPP au début de sa vidéo : “Logique de paix ou logique de guerre ?“, et aura fait le lien avec ses conclusions. Ceci me permet de faire une synthèse de la vidéo de JPP en une seule phrase :

Les nouvelles armes russes, basées en partie sur une idée de JPP, permettent une dissuasion efficace et une évolution vers un monde multipolaire, ce qui est une garantie de paix.

Jacques Vergne, mars 2023

Notes:

1) Site web de Jean-Pierre Petit : www.jp-petit.org

2) Le terme balistique signifie : non propulsé sur une grande partie de son vol, de manière analogue à un lancer de boulet par un canon. Cela permet une économie d’énergie de propulsion. Mais la trajectoire est entièrement prévisible.

3) Un missile de croisière est non balistique, donc propulsé sur son vol entier. L’énergie nucléaire permet des vols propulsés de portée infinie, et de trajectoire non prévisible.

4) Le Kinzhal est actuellement utilisé sur le terrain en Ukraine :

2nd Kinzhal Attack Hits NATO’s Western Command Center 80 meters Underground, 40 Killed

5) Dans un monde unipolaire, une puissance unique revendique le monopole du pouvoir sur la planète entière et cherche à le perpétuer, au prix d’un niveau de conflit élevé.

Un monde unipolaire devient bipolaire quand la puissance qui revendiquait le monopole du pouvoir sur la planète entière s’est assez affaiblie pour perdre ce monopole, et qu’une deuxième puissance est devenue capable de rompre ce monopole et de construire sa propre zone d’influence. Cette bipolarité peut être accompagnée d’un niveau de conflit assez élevé.

Dans un monde multipolaire, il y plusieurs zones d’influence d’importances comparables, qui cohabitent à bas niveau de conflit, et même qui collaborent dans la complémentarité.

Jacques Vergne
Les derniers articles par Jacques Vergne (tout voir)

35 thoughts on “Jean-Pierre Petit et les nouvelles armes russes : vers un monde multipolaire ?

  • Ping :

  • Les missiles qui embarquent un réacteur nucléaire ont une portée “infinie” et n’ont pas besoin de blindage car se sont des armes nucléaires… Soit, mais le Kinzhal est une autre affaire, il ne peut pas utiliser de réacteur nucléaire car il a parait-il déjà été utilisé en Ukraine et ça m’étonnerait que les russes prendraient le risque d’envoyer des “bombes sales” sur le champ de bataille alors même qu’ils reprochent aux États-Unis d’utiliser des munitions à l’uranium appauvri !
    Donc, soit le Kinzhal n’utilise pas de MHD et prend de la vitesse en piquant depuis la très haute altitude avec une protection semblable à celle des capsules spatiales, soit pour une courte période ils utilisent une autre méthode pour produire l’électricité nécessaire à la MHD… Pour ce qui concerne la force générée par le champ magnétique sur le fluide ionisé, on ne peut pas dire péremptoirement qu’il s’agit d’une force faible car tout dépends du champ magnétique qu’on est capable de générer et appliquer !

    Répondre
    • Presque tous les avions ont une petite centrale électrique qui capte l’air exterieur pour faire tourner une turbine. On peut imaginer que ce missile en est doté pour fournir l’energie necessaire à la MHD.

      Répondre
    • Il utilise une autre méthode c’est sur. Le zircon lui a un statoréacteur. Il aspire l’air à l’avant et recompresse l’air dans une tullière pour générer une grande quantité d’électricité. Grâce à cela, le Zircon peut générer de la MHD. Mais c’est vrai qu’en voyant le Kinzhal je ne vois pas d’entrée d’air qui pourrait permettre d’aspirer celle-ci. Bien sur uniquement en se basant sur les images que les russes nous montrent car il faut encore que les images que l’on nous montrent du Kinzhal et du Zircon soit réelle

      Mais si l’on doit se base uniquement sur les images de synthèses que l’on montre du Zircon et sur les images du Kinshal sous l’intercepteur Mig-31 Il est clair que c’est deux conceptions différentes. Le Kinzhal fait plutôt penser à une base de missile Iskander tandis que les images de synthèse souvent montrées du Zircon se rapproche plus du stato-réacteur.

      A suivre donc

      Répondre
  • JPP a diffusé largement le principe de la mhd c est un fait. Il ne l a pas découvert ça revient à un Russe et dont JPP s est inspiré; il l a reconnu qq part mais je ne m en souviens plus exactement. Je n ai pas de position personnelle quant à moi, mais je dois reconnaître que les arguments développés contre son inefficacité réelle sont solides pour moi qui n ai que des connaissances scientifiques limitées à la terminale mais des années d études en épistémo quand même. JPP est un homme attachant, grand humaniste c est indéniable et original; je le connais depuis très longtemps. Mais il a été pris en défaut sur la question des ovnis et abusé par un charlatan espagnol pendant des années , ce qui laisse un doute sur sa perspicacité . Quant à son modèle astronomique Janus , mon intuition me laisse plus que dubitatif…

    Répondre
    • à ma connaissance et tel que je l’ai appris dès le début des années 80 dans “Le mur du silence” sa BD éditée à l’époque par Belin, JPP a eu l’intuition initiale de la MHD lors d’une expérience sur les écoulements fluides en milieu liquide. C’est ensuite qu’il en a extrapolé le concept aux déplacements dans d’autres fluides dont l’air. Plus tard, alors que les militaires Français, et le CNRS, n’ont pas jugé utile de poursuivre ces recherches, il a découvert que les Américains et les Russes avaient avancé dans ce domaine.
      Pour le reste, je suis sceptique également sur les Ummites mais absolument pas sur les concepts qu’il évoque à propos des “ovnis”. Peu importe qui en serait à l’origine et peu importe que ces engins existent ou pas, seul les concepts physiques et mathématiques qu’il propose sont intéressants. Pour finir avec le modèle Janus, c’est une physique complexe et un modèle parmi d’autres. Il apporte des réponses à certaines incohérences des modèles actuels. Je doute fort que des compétences en épistémologie permettent de suivre les développements mathématiques qui lui sont associés.

      Répondre
  • Ping :

  • Suggestion: inviter JP Petit et un de ses détracteurs scientifiques pour une discussion franche et de bon aloi… Qu’en pensez vous, Xavier ?

    Répondre
    • Très bonne idée ! Il faut en profiter dans que cela est encore possible. Ce Monsieur génial a déjà un certain âge.

      Répondre
    • Aucun des détracteurs n’affrontera JPP. Ils n’ont pas le niveau et ont trop peur de se faire éjecter de leurs institutions “scientifiques”

      Répondre
      • Je ne suis pas d’accord avec vous et permettez moi de vous expliquer pourquoi 🙂
        Tout d’abord je ne prétend pas être au niveau de JP Petit, je suis un modeste ingénieur aérospatial.

        Aujourd’hui n’importe quel scientifique de renom, comme M. Petit, peut proposer une nouvelle théorie. Elle sera étudiée avec attention, J’en veux pour preuve par exemple la théorie MOND proposée par M. Milgrom pour expliquer la vitesse de rotation anormale des galaxies. C’était tout de même sacrément osé comme théorie. La communauté scientifique s’est d’ailleurs divisée sur le sujet pendant de nombreuses années. Elle a fini par être invalidée récemment mais ce n’est pas pour autant que son inventeur a été bannie de la communauté scientifique.
        Des nouvelles théories sont proposées tous les jours (façon de parler). La communauté scientifique reste très ouverte là dessus. Certaines sont étudiées et font l’objet d’une étude approfondie pour parfois créer le buzz et d’autres sont reléguées car comportant des erreurs.

        Si vous faites des recherches, vous verrez que des scientifiques comme Thibault Damour ont pris la peine d’étudier le modèle Janus et y ont relevé des erreurs. JP Petit a certes répondu à Thibault Damour mais ce n’est pas très convainquant. Pourquoi ? Soit JP Petit a une théorie qui est juste mais il a des problèmes pour formaliser sa théorie, auquel cas c’est tout de même très embêtant pour un scientifique de ce niveau, soit il sait que sa théorie a des défauts et il reste volontairement imprécis de manière à toujours être en mesure de dire que ce sont les autres qui ne le comprennent pas. Je pense qu’il se range dans cette deuxième catégorie.
        Aujourd’hui je suis convaincu que si personne ne s’y intéresse c’est simplement parce qu’elle ne tient pas la route pour une des 2 raisons citées précédemment. Je pense qu’il sait très bien ce qu’il fait et que cela lui plait d’être considéré comme un génie incompris.

        Répondre
  • Cet article de Jacques Vergne rappelle opportunément que les réalités de terrain (le conflit en Ukraine) confirment la concrétisation, lente mais continue, de nombre de recherches scientifiques (dans certains pays) en produits et outils de puissance (d’abord les armes, comme toujours).

    Jean-Pierre Petit parle de MHD depuis plus de 40 ans, face à la morgue des petits bureaucrates civils et militaires de notre pays, et les Russes ont annoncé la concrétisation de leurs travaux militaires sur la question il y a déjà plus de 5 ans. Sans chercher ici à polémiquer sur le thème de la MHD (Magnétohydrodynamique), il est indispensable de constater, au crédit des déclarations du côté Russe sur les missiles hypersoniques, que les spécialistes américains confessent sans difficulté qu’ils y travaillent aussi, mais en admettant au moins 10 ans de retard, et AUCUN scientifique ou militaire Américain n’a tenté de nier l’existence et les performances du Kindjal.

    Ceci étant, la prose d’un certain “Yrr”, courageux anonyme défenseur de vérités exclusives, celles dont il aurait la charge, m’a inspiré quelques réflexions personnelles.

    Il est des amitiés encombrantes par nature: celui qui, du haut de la majesté de ses diplômes (comme disaient les Frères Jacques dans la Marie Joseph: ”j’suis ingénieur, laissez moi commander!”) commence par insulter les sources du rédacteur Jacque Vergne, puis balaye l’intelligence de ce dernier d’une arrogante qualification de faiblesse, pour finalement lui asséner un discours ex-cathedra censé incarner la vérité de la science (alleluia!…) et terminer par le gratifier d’une profession d’amitié censée être le mot de la fin et le pardon du Prince, celui-là ne mérite que la commisération qu’on peut, charitablement, lui accorder avant de le laisser se noyer dans ses imprécations.

    Ce bachi-bouzouk de carnaval, qui prend la précaution de dissimuler son nom tout en s’octroyant le droit d’insulter nommément Pierre Paul et Jacques, devrait, fort de sa science qu’il invoque comme un nom sacré réservé aux rares sachant comme lui, prendre contact avec Jean-Pierre Petit et le défier en débat public pour le terrasser…Je lui souhaiterais, dans cette hypothèse, bien du plaisir, car l’animal JPP est un gros calibre d’intelligence (la vraie, celle qui de plus a de l’humour…).

    Qu’on se rassure, Monsieur “Yrr” est un homme tranquille et ne bougera pas. Aboyer depuis son jardin lui suffit, et il continuera à écouter les Gamelins et Damour, avant que l’Histoire, la grande, ne balaye ces médiocres et ne renvoie leurs noms dans le silence de l’oubli. Ou alors, la prédiciton de Michel Audiard, faisant dire à Jean Gabin “quand on mettra les cons en orbite, tu tourneras longtemps”, cette prédiction pourrait opportunément se réaliser et nettoyer le terrain…Qui sait? Vivons d’espoir…

    Paul J Chenevier – Skype: polchen

    Répondre
    • Et vos arguments scientifiques SVP ?

      Par exemple niez-vous que les hypersoniques “Kindjal” font leur parcour dans l’espace où il n’y a pas d’échauffement ? (sauf les quelques dernières secondes quand ils plongent sur leur cible, temps trop court pour les brûler)
      Niez-vous que la MHD est une force faible ? Qu’elle est la résultante d’un champ magnétique et d’un courant electrique ? Avez-vous une solution pour appliquer ce courant sans contact avec le plasma ?

      Non bien sûr, vous n’y connaissez rien, ce qui n’est pas un défaut sauf quand on se mêle de donner tord ou raison aux autres. C’est lamentable.

      Ceci dit, je m’attendais à ce genre de réaction, ce n’est pas la première fois que j’essaye d’expliquer par exemple qu’il est impossible d’alimenter un moteur avec de l’eau ou que l’énergie libre n’existe pas. Le résultat est toujours le même, je récolte des insultes de la part des adeptes, des sectateurs d’untel ou untel qui leur a tout expliqué sans qu’ils y comprennent rien.

      Un débat ? Une triste expérience de ce genre de débat m’a appris que les escrocs prenennt toujours le dessus, l’assistance qu’il s’agit de convaincre n’y connaissant rien se laisse impressionner par le bagout et l’assurance effrontée de l’escroc tandis que l’approche rationelle du scientifique les indiffère…

      Je reste anonyme car mon identité n’a aucun intérêt. Pour ce qui est de notre sujet les faits et les arguments comptent, pas les personnes. Enfin, pour les personnes intelligentes, et les autres je m’en fiche.

      Y.

      Répondre
      • Si si, je t’ai bien lu la première fois et tu récidives.
        Tu prétends que le kindjal est un missile qui prend sa vitesse dans l’espace (ou il n’y a pas d’échauffement « sic ») et qu’il replonge sur sa cible de la haut. Alors un peu d’avionique. Le record d’altitude d’un avion de chasse (mig25) jamais égalé depuis 1977 est de 37km de hauteur. Par ailleurs, l’atmosphère assez dense pour faire bruler les météorites s’appelle la mésosphère et elle fait 80km à 90km de hauteur (selon les auteurs). Les kindjals eux, sont tirés depuis des mig31 (qui n’atteignent que 26km : 86.000 pieds).
        Tu commences à voir ton délire ? Avec toi les kindjals parcourent plus de km pour atteindre ton « espace sans échauffement » que de km pour atteindre leurs cibles et il faut qu’ils redescendent vers cette cible en traversant 80 km d’atmosphère « à la verticale », toujours selon toi. Oui oui oui… à la verticale ! Sais-tu que la navette « spatiale » rentre dans l’atmosphère avec un angle de 3° pour éviter de cramer et pourtant elle est spécialement protégée, et, pas avec des « matériaux classiques ».
        Et c’est le reste du monde qui n’y connaît rien !
        Tu as peut-être eu quelques heures de cours sur le MHD et d’ailleurs est-ce sur ce principe que volent les kindjals ? Pour ma part, Je ne sais pas. Mais ce que je sais c’est que tu es un petit prétentieux qui croit tout maitriser parce que Bac +5 (avec mention j’espère), je n’irais pas, comme qualificatif, jusqu’à employer le terme d’escroc mais certainement pas scientifique.

        Répondre
        • Ha ha ha ! Un peu d’avionique il a dit !

          Bon je répond quand même : au départ le Kindjal ne va pas plus vite que l’avion, forcément. Donc il ne brûle pas en prenant de l’altitude et de la vitesse, comme une fusée. Ensuite il est dans l’espace ou la très haute atmosphère, pas ou peu d’échauffement puisque pas ou très peu d’air. Et finalement oui il plonge à la verticale sur sa cible, c’est obligatoire pour passer le moins de temps possible à s’échauffer. Vu la vitesse les 80 km d’atmosphère se passent en 20 secondes : si par exemple le matériaux protecteur fait 20 centimètres d’épaisseur il lui suffit de ne pas perdre plus d’un cm par seconde.

          La navette spatiale, qui contient des êtres humains, ne plonge pas sur une cible… Elle a des ailes comme un avion pour ne pas tomber, perdre son energie et descendre le plus lentement possible.

          Et les météorites 1) vont souvent beaucoup plus vite qu’un Kindjal, 2) n’ont pas été concues pour résister à la chaleur et 3) parfois arrivent jusqu’au sol.

          A ce niveau d’erreur et de manque de logique tu le fais exprès, j’espère pour toi.

          Répondre
          • Bon tu réponds à côté de la plaque. Naturellement.
            Mais tu fais rire tout de même. Tu te prêtant bac+5 science, tu as du sécher les cours de français : quand un kinhzal « fond » sur son objectif, c’est l’objectif qui se liquéfie (de trouille) pas lui !
            D’ailleurs, il n’y a qu’à voir la réaction à chaque décollage de mig31 pour voir que c’est un missile exceptionnel mais pas un missile balistique au mieux comme l’iskander missile intermédiaire entre le croisière et le balistique (4 tonnes alt 50km et mach 6/7).
            Quant au Sarmat vrai missile balistique c’est 200 tonnes et mach 6 avec une trajectoire quasi orbitale (mais pas de rentrée verticale malgré le fait qu’il largue des charges indépendantes (jusqu’à 15)).
            L’un et l’autre sont tirés à la verticale pour pouvoir atteindre ces hauteurs.
            Le kinzal lui bénéficie de l’avion comme porteur jusqu’une certaine altitude (20km) et d’une vitesse initiale (mach 2) avant de compter sur sa poussée propre. Mais lui atteint mach 10 mini.
            Sinon le Zircon (conçu pour navires et sous-marins) lui aussi issu du programme russe sur l’hypersonie malgré sa capacité à atteindre mach 9 est classé comme le Kalibr en tant que missile de croisière étant donné son altitude de vol (comme quoi il n’est pas obligatoire de dépasser la stratosphère pour aller vite).
            Par ailleurs le kinhzal est exceptionnel par sa capacité à perforer et atteindre des bunkers à 100m de profondeur. Comment il fait c’est la question, mais il le fait.
            L’hypersonique chinois (l’YJ-21) serait un missile proche du zircon (vol mach 6 accélération à mach 10 à proximité de l’objectif) tir depuis un navire avec tir d’un avion possible.
            Question vitesse planeur hypersonique Avangard fait mieux (plus de mach 20, 27 ?, presque une météorite et pour le coup c’est du balistique) et ça fond toujours sans fondre grand couillon.
            Pour la rentrée dans l’atmosphère ou augmenter vitesse et portée en évitant les échauffements utilisent-ils le « rebond atmosphérique » combiné à d’autres techniques ? Je ne sais mais toi tu sais par pure logique. A mon avis tu manques un peu de réflexion.
            Sinon « Mr je sais tout », si tu as des idées contacte les US : ils viennent de se planter de nouveau à leur dernier essai, ils seront ravis.

            Répondre
          • Bon tu réponds à côté de la plaque. Naturellement.
            Mais tu fais rire tout de même. Tu te prêtant bac+5 science, tu as du sécher les cours de français : quand un kinhzal « fond » sur son objectif, c’est l’objectif qui se liquéfie (de trouille) pas lui !
            D’ailleurs, il n’y a qu’à voir la réaction à chaque décollage de mig31 pour voir que c’est un missile exceptionnel mais pas un missile balistique au mieux comme l’iskander missile intermédiaire entre le croisière et le balistique (4 tonnes alt 50km et mach 6/7).
            Quant au Sarmat vrai missile balistique c’est 200 tonnes et mach 6 avec une trajectoire quasi orbitale (mais pas de rentrée verticale malgré le fait qu’il largue des charges indépendantes (jusqu’à 15)).
            L’un et l’autre sont tirés à la verticale pour pouvoir atteindre ces hauteurs.
            Le kinzal lui bénéficie de l’avion comme porteur jusqu’une certaine altitude (20km) et d’une vitesse initiale (mach 2) avant de compter sur sa poussée propre. Mais lui atteint mach 10 mini.
            Sinon le Zircon (conçu pour navires et sous-marins) lui aussi issu du programme russe sur l’hypersonie malgré sa capacité à atteindre mach 9 est classé comme le Kalibr en tant que missile de croisière étant donné son altitude de vol (comme quoi il n’est pas obligatoire de dépasser la stratosphère pour aller vite).
            Par ailleurs le kinhzal est exceptionnel par sa capacité à perforer et atteindre des bunkers à 100m de profondeur. Comment il fait c’est la question, mais il le fait.
            L’hypersonique chinois (l’YJ-21) serait un missile proche du zircon (vol mach 6 accélération à mach 10 à proximité de l’objectif) tir depuis un navire avec tir d’un avion possible.
            Question vitesse planeur hypersonique Avangard fait mieux (plus de mach 20, 27 ?, presque une météorite et pour le coup c’est du balistique) et ça fond toujours sans fondre.
            Tout ça fait partie des nouvelles armes présentées par Poutine en 2018 et dont certains ont dédaigneusement considéré comme de la propagande les américains n’ayant pas encore la maitrise. On voit aujourd’hui ce qui l’en est.
            Bref, pour la rentrée dans l’atmosphère et/ou augmenter vitesse et portée en évitant les échauffements utilisent-ils le « rebond atmosphérique » combiné à d’autres techniques ? Je ne sais mais toi tu sais … par pure logique. A mon avis tu manques un peu de réflexion.
            Sinon « Mr je sais tout », si tu as des idées contacte les US : ils viennent de se planter de nouveau à leur dernier essai, ils seront ravis.

            Répondre
      • Yves retard retard, vous ne mettez qu’un pied dans le débat pour proclamer ce que tout scientifique de base connaît.
        Depuis, d’autres réactions dynamiques que la combustion ont été découvertes… Émergez-donc de votre préhistoire scientifique et instruisez-vous pour vous introduire dans la finesse, non seulement scientifique.
        Le martelage médiatique de ceux qui exterminent les scientifiques, les vrais, ne nous intéresse absolument pas 🌝

        Répondre
    • Tout-à fait d”accord !
      il est aussi intéressant de se souvenir de ces quelques remarques d’un autre grand penseur, dont les principes n’ont pas vieilli en 500 ans :
      « Il est malsain de faire des louanges ou pire encore de réprouver quelque chose, dans un domaine que vous ne comprenez pas. »
      Lionardo da Vinci

      « Dire du bien d’un méchant homme est à peu près aussi grave que dire du mal d’un homme de bien. »
      Lionardo da Vinci

      Et aussi, mais de manière plus drôle tout autant que plus acerbe mais aussi de beaucoup plus triste :
      « Certaines personnes sur cette terre ne sont rien d’autre que des passages pour la nourriture et que des producteurs d’excréments, ainsi que des remplisseurs de fosses d’aisance, car par eux, rien d’autre en ce monde ni aucun effet bénéfique n’est accompli, puisque rien sinon des toilettes pleines ne résulte de leur action. »
      Lionardo da Vinci

      Répondre
  • Excusez-moi mais je suis ingénieur et je sais de quoi je parle : la MHD est une force faible inutilisable sur un missile, et Jean-Pierre Petit est un escroc qui a décidé d’utiliser ses diplômes et ses connaissances pour tromper et vendre des livres à la manière d’un charlatan. Quelle pitié de voir ses mensonges répendus partout. Et quelle déception pour moi de lire ça ici. Jacques Vergne ne connait rien à la physique c’est un linguiste. Je dirai juste qu’un missile peut très bien aller à mach 10 ou plus puisque cette vitesse est atteinte hors de l’atmosphère, les Kindjals sont tout simplement des missiles qui montent dans l’espace, vont à mach 10 puis plongent à la verticale de leur cible dans l’atmosphère en fin de trajectoire où ils n’y passent que quelques secondes, pas assez longtemps pour être détruits par la chaleur. D’autres missiles hypersoniques manoeuvrent dans la haute atmosphère où l’échauffement est bien moindre et pareil, ne redescendent vraiment qu’à la fin. Il n’y a pas utilisation de MHD, des matériaux classiques résistent.

    Répondre
    • Message à charge et anonyme donc aucune valeur.

      Répondre
    • Avatar photo

      On peut se fier aux apparences,
      On peut répéter les discours des propagandes,
      On peut croire aux dogmes.

      Mais on peut aussi avoir des oreilles pour entendre et des yeux pour voir.
      On peut creuser par soi-même,
      On peut faire ses propres recherches,
      En faisant jouer intuition et discernement.

      Courage, audace et joie sur le chemin du grandir ensemble.

      Jacques Vergne

      Répondre
      • Monsieur Vergne,

        Très heureux de pouvoir directement échanger avec vous ! Savez-vous de quoi nous parlons ?

        La MHD, c’est appliquer un champs magnétique à un fluide conducteur (par exemple eau de mer, ou plasma dans notre cas), puis faire passer un courant électrique dans ce même fluide : le passage du courant dans un conducteur crée un autre champ magnétique, et en plaçant ces deux champs judicieusement, l’un repousse l’autre et le fluide se met en mouvement. C’est connu depuis plus d’un siècle, depuis les débuts de l’électricité et du magnétisme. Connu mais pas utilisé car très peu efficace.

        Voyons maintenant notre missile : il faudrait appliquer un champ magnétique au plasma créé par la compression brutale de l’air, et y faire passer un courant électrique pour repousser le plasma des parois du missile. En pratique ça ne marche pas pour plusieur raisons :

        1) Appliquer un champ magnétique efficace se fait depuis l’extérieur du milieu. Par exemple, la RMN (Résonnance Magnétique Nucléaire) des hopitaux entoure les patients, sinon ça ne marche pas. Notre missile ne peut pas appliquer un champ magnétique significatif en étant à l’intérieur du plasma.
        2) Faire passer du courant électrique dans le plasma à l’extérieur ? Comment ? Avec des électrodes au contact du plasma brûlant ? Soyons sérieux c’est impossible.
        3) La MHD est une force faible, je l’ai dis dans mon premier commentaire. La force de l’air contre le nez du missile est une force colossale. Autant vouloir arrêter une locomotive en soufflant dessus.

        Votre commentaire est très bien écrit, je reconnais le talent littéraire mais cela n’a rien à voir avec la science. Je lis avec plaisir que vous parlez de discernement. Avez-vous réussi à suivre mon raisonnement ?

        Si je suis ici, c’est bien parce que je ne crois pas à la propagande officielle et que je cherche la vérité. Mais il ne faut pas croire n’importe quoi à la place… JPP vous a trompé c’est tout.

        Amicalement,

        Y.

        Répondre
        • Il s’est trouvé des scientifiques brillants pour prédire des tas de choses sur les transports terrestres (train et automobiles), sans parler des transports aériens, sur la base de leurs connaissances théoriques et expérimentales du moments. On voit les choses tout autrement aujourd’hui après recherche industrielle et industrialisation. Je ne parle même pas ici des télécommunications. Comment peut-on sérieusement prétendre ce que vous affirmez sans avoir consulté les travaux de recherche des Russes ? Je reste stupéfait de ce qui me semble une présomption énorme.

          Répondre
          • Mes excuses pour la faute de frappe.

            Répondre
        • Ce principe a été utilisé pour pomper de l’aluminium mais aussi du sodium, (quelques pompes spécifiques sur Phenix et Super-Phenix utilisaient ce principe). Problème : le fluide doit être un excellent conducteur, il circule dans des tuyaux eux-même conducteurs et occasionnant des pertes. Ce principe nécessite des courants importants Plusieurs kA sous des tensions très faibles et occasionnant de très mauvais rendements.

          Répondre
    • Tu es ingénieur ok, moi pas que bac +4, (au fait dans quel domaine ton bac +5 ?) Ce que je comprends dans tes propos c’est que tu nous décris le missile balistique mais que tu ne t’aventure pas à expliquer la trajectoire à Mach 10 en atmosphère qui pour toi n’existe pas si je comprends ?! Les kindjals c’est de la foutaise ? Ben mon gars tente un doctorat et dans la bonne matière !

      Répondre
      • Je l’ai expliqué c’est dans mon premier message. Vous n’avez même pas lu…

        Répondre
    • En effet, passer par l’espace est une solution beaucoup plus réaliste que la MHD. Les USA et la Chine développent aussi ce type de missile. Ne pas oublier non plus que le bluff est de mise dans ce genre de communication.
      JP Petit est devenu complètement timbré avec le temps…
      PS: moi aussi je suis ingénieur centralien + doctorat en énergétique.

      Répondre
      • Ben dis donc le centralien, si tu ne vois pas la différence de taille entre un Sarmat (missile balistique dit aussi Satan II) et un kinzal (missile de croisière) due à leurs capacités à s’arracher (ou non) à l’attraction terrestre ni à leur position de tir (verticale / horizontale) pour se faire c’est que tu n’as pas les yeux en face des trous. Tu serais, en plus, docteur, donc chercheur : avec des œillères pareilles ça ne doit pas être facile de trouver ! lol. Et pour ce qui est de la Chine c’est fait, contrairement aux USA pour info.

        Répondre
    • Je suis ingénieur moi aussi. Un diplôme obtenu à une époque où il était un peu plus compliqué qu’aujourd’hui d’obtenir un bac puis de poursuivre des études. Mais peu importe, là n’est pas le fond du problème. J’ai lu les BD de vulgarisation de JP Petit à l’époque où elles étaient publiées par les éditions Belin (si ma mémoire est bonne) et rien, strictement rien, ne permet de le traiter de charlatan. Faire de la vulgarisation scientifique suppose deux choses : d’abord maîtriser très largement le sujet à traiter, ensuite être capable de le présenter de manière ludique et compréhensible. Peu de gens ont ces deux qualités et rien dans ces publications ne peut lui être reproché quand on les reprend sous cet angle.
      Je ne sais pas comment fonctionnent les Kindjals et je ne permettrai pas d’être aussi affirmatif que vous sur leur mode de fonctionnement. En 1980 (à peu près), Jean-Pierre Petit tentait de transposer dans l’air (un plasma) le principe de la MHD tel qu’il l’avait mis en évidence dans un fluide conducteur, l’eau. Est-ce qu’il semble profondément aberrant que plus de 40 ans après, des militaires disposant de moyens considérables aient pu trouver des solutions pour y parvenir ? Est-ce que vos connaissances vous permettent d’affirmer que ces missiles fonctionnent selon tel ou tel principe ? Pouvez-vous imaginer, l’ombre d’un instant, que vos propos sont peut-être pertinents ou qu’ils ne le sont pas et méritent de prendre un peu de recul ?

      Répondre
  • Cher Xavier Moreau,

    Merci infiniment de nous offrir cet article – en tout point remarquable – de Jacques Vergne.
    L’inertie intellectuelle serait-elle nettement moindre en Russie qu’en France ? Tout semble ici l’indiquer … auquel cas c’est bien le “façonnage” des esprits qui fait la différence, car le “concepteur-fabricant” du cerveau humain (qu’on l’appelle Dieu ou Nature) produit des petits d’Homme qui, partout, ont un potentiel naturel sensiblement identique. Si vous me communiquiez le nécessaire (voie postale ou courriel) je vous transmettrais quelques “notes” de réflexions qui méritent que l’on s’y intéresse (ma modestie ne peut m’interdire de le dire ). Je suis assidument tous vos exposés sur telegram. Très cordialement, Jacques – ps : pouvez-vous féliciter chaleureusement Jacques Vergne … je retiens son indication MAJEURE (à mes yeux du moins) : AUTODIDACTE . Mes “notes” font comprendre pourquoi je “vibre” devant ce “détail”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.