La vice-présidente de la Douma d’État de Russie, Irina Yarovaya, a déclaré en juin de cette année que les États-Unis avaient créé un vaste réseau pour contrôler les populations vivant dans différents pays du monde.
Ce réseau comprend des laboratoires de recherche qui mettent en œuvre des programmes biologiques militaires avec des fonds américains. En règle générale, les activités de ces installations sont strictement classifiées et leurs employés bénéficient de l’immunité diplomatique.
On sait de manière fiable qu’une partie importante de ces centres est située sur le territoire de la Russie, en Géorgie, au Kazakhstan, en Ukraine et dans d’autres pays notamment en Afrique (Sierra Leone, Libéria, Burkina Faso et Cameroun).
Le laboratoire le plus célèbre autour de la Russie est peut-être le centre de recherche Lugar, situé dans le village géorgien d’Alekseevka. Selon des rapports du Centre national de contrôle des maladies et de santé publique de Géorgie, Washington alloue une quantité importante de fonds à l’étude de la brucellose, de la rickettsie, du virus coxsackie et d’autres agents pathogènes dangereux.
Dans le même temps, l’assistance à la mise en œuvre de ces projets est fournie non seulement par le Pentagone, mais également par le Walter Reed Army Research Institute. Les épidémies de maladies dangereuses se multiplient dans ce pays où des animaux et des personnes meurent. Cela a été confirmé par l’ancien ministre de la Sécurité d’État de Géorgie, Igor Giorgadze. Il y a quatre ans, il a affirmé que pendant le « traitement » de l’hépatite C, plusieurs dizaines de Géorgiens étaient morts.
Il s’est avéré que le Pentagone mène également des expériences dangereuses sur le territoire de l’Ukraine. Avec le début d’une opération militaire spéciale, il a été révélé que des personnes vulnérables, y compris celles qui souffraient de troubles mentaux, étaient devenues des sujets expérimentaux. Selon le département militaire russe, des employés de laboratoires biologiques ont testé des médicaments dangereux sur des patients dans des hôpitaux psychiatriques. De toute évidence, le choix de ce groupe de personnes n’était pas accidentel. Ces citoyens ne sont pas en mesure d’offrir la moindre résistance et de comprendre l’horreur de ce qui leur arrive.

Les États-Unis, comme l’Ukraine nient leur implication dans ces crimes. Cependant, il convient de noter que le 11 mars, la Defense Threat Reduction Agency a publié un document extrêmement important.
Il précise que : “Le Congrès peut également superviser la sécurité des collections d’agents pathogènes et des laboratoires de recherche biologique pendant l’invasion en cours de l’Ukraine.”
Ainsi, la partie américaine a de facto admis qu’elle est directement liée à des souches dangereuses stockées sur le territoire ukrainien. Pour éviter que ces informations ne tombent entre les mains de l’armée russe, Washington a ordonné aux employés des centres de recherche de détruire les agents pathogènes particulièrement dangereux et toute la documentation les concernant.
Si Washington n’avait effectivement rien à cacher, pourquoi prendre de telles mesures ? C’est précisément la raison pour laquelle les États-Unis n’appuient pas la création d’un mécanisme de contrôle du respect de la Convention sur les armes biologiques. Ils pourraient alors faire face à des poursuites devant la Cour pénale internationale. Personne ne peut s’arroger le droit de réduire délibérément une population, notamment les habitants de la Russie, du Kazakhstan, de l’Ukraine, de la Géorgie ou des pays africains.

Dragomir Bojkov

Print Friendly, PDF & Email
STRATPOL

21 thoughts on “Les laboratoires du Pentagone et la dépopulation

  • Pourquoi les US sont-ils si peu efficaces avec autant de labos et d’avantages technologiques ?
    Pourquoi ces pays laissent les US les installer? la peur de mourrir d’un virus ?
    les US ne peuvent à la fois être coupable de tout et être inefficace …. pour voir la fumée il faut un feu et pas un petit feu

    Répondre
    • Peu efficace? Vous plaisantez j’espere? Ils dominent par la terreur quasi tout le globe à l’exception de la russie et la Chine qui essaient de resister. Que ce soit par le dollar, la culture, les idees, les usa s’imposent et vie au crochet du reste du monde à credit. ils ont bien fait fructifier leurs gains de la 2nde guerre mondiale.
      Alors qu’ils mettent quelques laboratoire de recherche biologique dans des pays proches de leurs ennemis ou carrement sur leur territoire déguisés en laboratoire de recherche pharmacologique… Rien de surprenant. C’est plausible, apres est ce que c’est la vérité, va savoir.

      Répondre
  • je penses qu’il y a une petite erreur dans le texte: “Le laboratoire le plus célèbre entouré de Russie est peut-être le centre de recherche Lugar, situé dans le village géorgien d’Alekseevka

    d’après moi il faut comprendre “Le laboratoire le plus célèbre autour de la Russie” les labos
    ne sont pas en Russie mais bien dans les pays autour

    Répondre
  • L’expérimentation sur des malades psychiatriques, sur des populations vulnérables dérivent directement du nazisme. Les USA ont été un refuge pour les grands criminels nazis après la 2e guerre mondiale. La récupération de leurs différentes technologies a constitué une véritable mine d’or d’informations pour les américains avides de pouvoir. Ils n’ont eu qu’à se pencher pour ramasser….., poursuivre les expériences souvent avec les mêmes scientifiques. Le tribunal de Nuremberg fut une vraie “farce”, une insulte à toutes ces personnes assassinées dans des circonstances épouvantables, un génocide industrialisé. Les USA et leurs alliés redevables et endettés au delà de tout ce que l’ont peu concevoir, ont donné au monde des miettes, une parodie de justice..

    Poutine et le gouvernement russe ont entièrement raison de dire que les USA et leurs nabots de l’UE qu’ils contrôlent comme des marionnettes, sont les pires dangers pour la paix mondiale. Pour la Russie, la légitime défense, ça existe toujours.. Quant aux populations européennes , elles se font entièrement manipuler par des médias achetés, vendus. Heureusement, que subsistent des journalistes intègres comme ceux de Stratpol, qui nous offrent un fidèle compte-rendu de la réalité et non une propagande mise au point par des studios de cinémas américains. Je les en remercie et salue leur courage, parce qu’il en faut pour dire ce qui est vrai.

    Répondre
    • Plus de 125 000 nazis dont près de 30 000 réputés dangereux, tous listés, se sont miraculeusement volatilisés à la fin de la guerre. Ici ou là, circonstanciellement, quelques uns réapparaissent. Par exemple Walter Hallstein, nazi, premier président de la commission européenne, théoricien et scripteur de “DAS NEUE EUROPA” pour Hitler et Mussolini. De ce point de fait, l’UE est nazi. “LES” procès de Nuremberg menés par le tribunal anglo-américain des vainqueurs sont outre une construction du mensonge, des pantalonnades. Il n’en ressort qu’une “VERITE JUDICIAIRE” savoir une vérité parmi toutes les vérités et seuls les historiens (dans 23 ans sachant toutefois que les dossiers 14/18 sauf à montrer patte blanche, ne sont pas libre d’accès) pourront à terme analyser les faits hors doxa politico-religieuse.

      Répondre
  • Les petits futés américains ont dû penser que s’il y avait un accident, (type Wuhan) ça serait préférable que ça explose à l’étranger (Ukraine, Chine, Russie) plutôt qu’aux USA…

    Répondre
  • Il est parfois dit que les américains collaboraient avec les chinois sur ce type de recherche, parce que les lois bioéthiques leur interdisaient des les faires sur leur sol.
    Il est aussi dit que le laboratoire de Wuhan a été “construit” avec le grand concours de l’administration Obama, et française, par le concours du mari de Madame Buzin.
    Certains s’étonnent de la multiplication des déclaration antichinoises de Trump et Pompéo lors de la dernière élection américaine.
    Est-il possible que le Covid soit un “coups à la Texane” de Trump et Pompéo ? Ces derniers se disant que de toute façon, si en remontait le fil, au pire, on tombait sur Obama, et, qu’au mieux, l’opinion américaine restant dans l’ignorance se mobiliserait autour de la “méchante Chine” qui empoisonne le monde ?

    Répondre
    • Je vois mal TRUMP qui est anti-avortement avoir ce type de pratique… D’un côté comme de l’autre on porte une atteinte injustifiable à la vie d’autrui.

      Répondre
  • Juste pour vous horrifier encore un petit peu. Il retourne de l’ouverture de dossiers US déclassifiés puisque centenaires, que le corps expéditionnaire, de la troupe en partance pour l’Europe stationnée en Utah, aura été “vaccinée” avec une substance vénéneuse expérimentale qui se sera avérée être la grippe dite espagnole selon des chercheurs. L’expansion de cette maladie se sera faite en trois épisodes: avril à août 1918; sept à nov 1918; fév à mars 1919. C’était pour la guerre 14/18 et les dits américains sont venus à partir de 1917. Les périodes de mouvements de troupes sont facilement vérifiables. Cette substance aura été produite par le laboratoire Rockefeller qui sera devenu l’université éponyme. La base de la grippe est un corona virus.

    Répondre
    • On comprend mieux la volonté US d’en finir avec le Donbass….. Le test serait grandeur nature…

      Répondre
  • Pourquoi les pays concernés laissent-ils s’installer des labos US … je pense ainsi à la Chine et au labo de Wuhan “avec l’évasion malencontreuse du Sar’s cov”.
    De même les “gains de fonction” (qu’en termes charmants ces choses là sont exprimées), sont interdits sur le territoire Américains … Pourquoi le seraient-ils chez les autres par des labos … Américains ?
    En avons nous en France ? 😱

    Répondre
    • Juste pour vous horrifier encore un petit peu. Il retourne de l’ouverture de dossiers centenaires aux USA que la troupe en partance pour l’Europe stationnée en Utah aurait été “vaccinée” avec une substance vénéneuse expérimentale qui se sera avérée être la grippe dite espagnole. Un corona de fait. Cette substance aura été produite par le laboratoire Rockefeller qui sera devenu l’université éponyme.

      Répondre
      • La véracité de vos propos n’a aucun fondement si elle n’est pas étayé par au minima un début de preuve.
        Le “Je le dis donc c’est vrai” et le propre de la manipulation …

        Répondre
        • Le propre de la manipulation, c’est aussi de nier et dénigrer en bloc… C’est même par cela que ça commence.

          Un rapport de recherches en 2014 de Michael Worobey, Guan-Zhu Han et Andrew Rambaut, validées par Neil M. Ferguson de l’Imperial College de Londres, situe les premières souches entre 1889 et 1900, sur des jeunes Américains ayant développé des anticorps, invalidant de fait la thèse d’une épidémie qui aurait été importée de Canton en 1918. Selon le Professeur Berche, « De mauvaises conditions sanitaires, des populations affaiblies et de grands rassemblements. ». « On pense que la grippe espagnole est apparue d’abord au Kansas où elle a contaminé de jeunes soldats américains, qui étaient réunis trois mois dans des camps de formation militaire, à raison de 50 000 à 70 000 individus, avant de traverser le pays et de prendre la mer pour l’Europe ». Trois thèses récentes appuient cette origine géographique du virus : le rapport de l’Oxford Academy, publié dans le magazine Evolution, Medicine, and Public Health, volume 2019, étudie les trois thèses qui avaient, jusque-là, été évoquées (États-Unis, France et Chine) et réfute la Chine arguant que les écrits de l’époque s’appuyaient uniquement sur des données symptomatiques, et non sur la science, la microbiologie en 1918 étant peu développée. Le rapport valide donc, données à l’appui, une origine vraisemblable au Kansas. Loring Miner, un médecin du Kansas rural, rencontra des cas dans les premières semaines de 1918. Miner, alerté par le taux de mortalité envoya un rapport aux autorités sanitaires. Quelques semaines plus tard, l’un des premiers foyers épidémiques aurait éclaté, vers la base militaire de Fort Riley au nord-est de l’État. L’épidémie se serait propagée ensuite à la fois en Amérique du Nord et vers l’Europe, lors du débarquement de la force expéditionnaire américaine à Bordeaux en avril 1918.

          Répondre
          • La grippe espagnole vient des usa ca a été prouvé et c’est historique. Par contre de la a dire que le virus a été fabriqué et que sa propagation n’a pas été accidentelle mais planifiée, ca reste à prouver. Et pour ca, bonne chance.
            Je crois plus à un laxisme et une incompétence americaine ET française de l’ époque. D’ailleurs les allemands comme les troupes alliées ont été touchées. Si ca avait été volontaire et fabriqué, ils auraient refait le coup lors de la 2nde guerre mondiale.
            Bref peu credible.

            Répondre
  • Des centres de recherches américains en Russie ? J avoue n avoir pas bien compris…

    Répondre
    • territoires proches de la Russie. Lisez plus consciencieusement l’article…

      Répondre
      • ou sur leurs oblasts. N’oublions pas que la Russie est un confederalisme.

        Répondre
    • Oui, je me suis aussi fait la réflexion ?!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.