Les États-Unis et la Grande-Bretagne, avec le soutien de l’Australie, de Bahreïn, du Canada et des Pays-Bas, ont lancé dans la nuit du 12 janvier une série de frappes aériennes avec des missiles sur les villes du nord du Yémen contrôlées par le mouvement pro-iranien Ansar Allah (Houthis). Depuis novembre, les Houthis interfèrent avec la navigation en mer Rouge (jusqu’à 20 % du trafic mondial y transite, les plus gros transporteurs ont déjà modifié leurs itinéraires) sous prétexte d’intercepter des navires à destination d’Israël par solidarité avec les radicaux du groupe palestinien Hamas dans la bande de Gaza. Le début de l’opération militaire américano-britannique vers 15h40, heure de Moscou, a été confirmé par le service de presse de la Maison Blanche dans un message.

“Aujourd’hui, sous mes instructions, les forces américaines – en collaboration avec le Royaume-Uni et avec le soutien de l’Australie, de Bahreïn, du Canada et des Pays-Bas – ont réussi à frapper plusieurs cibles au Yémen que les rebelles Houthis ont utilisées pour menacer la liberté de navigation”, a déclaré le président américain Joe Biden cité par le service de presse de son administration. Biden a déclaré que ces « actions défensives » faisaient suite à une vaste campagne diplomatique et à une escalade des attaques des Houthis contre la navigation commerciale.

Lire l’article complet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.