En écoutant les déclarations de Macron et d’autres sur l’envoi de troupes françaises au sol en Ukraine, j’ai été surpris de constater que l’ensemble des analyses visaient essentiellement le niveau d’intelligence, la santé mentale ou l’alignement jusqu’au-boutiste des protagonistes sur la politique de l’OTAN… Or, il semble que personne ne soit intéressé au réel destinataire de ces annonces, ni à son impact quant aux prochaines semaines de cette guerre.

Une chose me frappe, quand le « Gamelin » sur LCI commente une carte sur laquelle sont dévoilées les futures éventuelles positions de nos troupes en Ukraine : vous conviendrez avec moi qu’il n’est pas coutume de donner à l’avance ce type d’informations ! Alors quel but est poursuivi en lâchant cette info ? Faire peur à Poutine ? Certainement pas ! En revanche, si le destinataire final de cette annonce est Zelensky, c’est autre chose…

On observe ici que nos troupes seraient stationnées au Nord à la frontière biélorusse mais surtout, à l’Est sur la rive occidentale du Dniepr:

Que dit-on en substance à Kiev : Qu’il s’agit de la frontière naturelle de la nouvelle Ukraine, la seule pour laquelle les occidentaux risqueront la vie de leurs troupes, que la cause est déjà perdue pour sa rive orientale, qu’il s’agit d’une frontière naturelle et du nouveau cadre pour de prochaines négociations… Accessoirement, on dit aussi aux soldats ukrainiens qui se battent encore aujourd’hui sur le front que c’est perdu. Cette annonce est forcément délétère pour le moral des troupes. En effet, si nous devions envoyer nos soldats, ils deviendraient alors prioritaires pour la dotation en équipement au détriment du front que l’occident alimente encore, du moins en promesses.

Ne serait-il pas question par ces annonces d’amener le régime de Kiev à l’évidence et à la raison, et ainsi de jeter les bases du cadre des prochaines négociations pour la fin des hostilités et surtout… pour la partition du territoire ukrainien?

Pour rappel, les accords Sykes-Picot ont été signés un an et demi avant la fin de la première guerre mondiale. Il y a fort à parier que la partition de l’Ukraine a déjà été actée depuis longtemps.

Quelque chose qui ne relève pas de l’analyse mais de l’intuition maintenant : dans cette image (répétée) de l’embrassade entre Macron et Zelensky, je n’ai pas vu un geste d’amitié ou de solidarité, mais plutôt le baiser du scorpion.

Thierry Dumas

Print Friendly, PDF & Email

7 thoughts on “Macron-Zelensky : le baiser du scorpion ?

  • qui vivra verra… de toutes façons, l’Occident n’a pas les capacités industrielles pour soutenir la guerre (munitions, acier, véhicules, etc.) que ce soit en aidant les Ukrainiens ou en intervenant avec ses propres troupes… finalement, notre décomposition est un mal pour un bien, car cela empêche nos dirigeants de se lancer dans une guerre (qu’on songe en comparaison au précédent sanglant de la Guerre de Crimée en 1856)… en revanche, les Russes ne doivent pas non plus vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué (si j’ose dire). Car ils n’ont pas encore démontré leur capacité à percer massivement le front dans le Donbass et sur le Dniepr… ils grignotent, mais les Ukrainiens conservent un complet pouvoir de nuisance. Les pertes que coûteraient aux Russes une grande offensive et la prise de grandes villes (Odessa, Kharkov, etc.) semblent insurmontables en l’état actuel, et disproportionnées au gain attendu.

    Répondre
    • Pour rappel, les territoires en question (Nouvelle Russie) sont du point de vue du Kremlin peuplés de Russes et/ou de Russophones (soit une carte qui concorde avec l’électorat du Parti des Régions lors de l´élection de 2010), ceci explique sans doute ce “grignotage” auquel vous faites référence a fortiori lorsque les moyens mobilisés (Opération Spéciale et non Guerre) s’avèrent de facto limités, et ce d’autant plus par les conditions climatiques (Raspoutitsa oblige). In fine, telles sont les conditions imparties: unités de temps, de lieu et d´action. Enfin et surtout, gardons à l´esprit que les Russes se doivent de préparer la paix, c.a.d. une paix durable (à la différence des accords de Minsk). “En aucun cas, la guerre n’est un but par elle-même. On ne se bat jamais, paradoxalement, que pour engendrer la paix, une certaine forme de paix.” Carl von Clausewitz / De la guerre.

      Répondre
    • Je suis persuadé que l’état-major russe a déjà mis au point le projet de mettre un point final à cette guerre et que les préparations secrètes sont presque achevées. La nouvelle frontière est déjà décidée et organisée sur papier et donnera Mikolaiev et Odessa à la Russie ainsi qu’un “protectorat” sur le reste.

      Répondre
  • C’est une analyse intéressante et logique qui peut en effet expliquer les rotomondades guerrières…
    Et in facto cela signifie que Macron reconnaît la victoire de la russie.

    Répondre
  • Le problème dans votre raisonnement c’est le Dniepr n’est une frontière naturelle, c’est rarement le cas pour les fleuves.

    Répondre
  • Si..si… Une ligne Panther-Wotan défendue par les mercenaires boobalandais (ex-France) de BHL et les ukronazis tatoués guignolesques à Llyod, pour la gloire de Blackrock, du wokistan, et le mariage pédéraste ukrainien… Sous le commandement jupitérien de Sissy des Caraïbes … Chargez au cri de “Hijab is freedom !”… Avec évidement le porte-parole trans du Gland Occident…
    .
    “L’Histoire se répète dans la farce.” Hegel
    .
    Car le grand blanc européen guerrier, le poilu du siècle dernier, n’est plus que bobo nowhere gland remplacé, le libidineux épilé. Micron GI Joe déguisé en pilote…
    .
    Comique de voir sur L’CU le pseudo-général Richoux incapable de reconnaître un Kamov et la décoration souchienne à 4 plumes dans le cul, au quartier général des tuniques bleues, avec ce nom si bandament collabo, Yakovlev, ne pas reconnaître lui un UR-77… Bonne chance aux “mecs” du groupe Booba…
    .
    Pour la photo de Sissy des Caraïbes, empereur de pUtE-Hijab, cette colonie gagneuse du maquereau US-Woke, celle évocatrice aux doigts de dealers est certes moins cinématographique, mais tellement plus représentative pour les livres d’Histoire occidentale… chinois… (les boobalandais n’ont plus ni Histoire, ni culture, ni pays etc.)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.