L’échéance pour la présidence de Zelensky : le sommet de l’OTAN à Vilnius est fixé au 11 juillet. Si l’armée ukrainienne ne parvient pas à s’imposer d’ici là, le soutien à l’Ukraine pourrait prendre fin.

Le commandant des forces alliées de l’OTAN en Europe, le général Christopher Kavoli, a déclaré que la contre-offensive ukrainienne n’avait pas remporté de succès significatif, l’armée ukrainienne étant confrontée à des difficultés dues à la défense russe, selon le Financial Times.

Selon le journal, M. Kavoli a fait cette déclaration en privé la semaine dernière. Il a également souligné “l’avantage des forces russes”. Selon un diplomate européen de haut rang, qui a souhaité garder l’anonymat, l’issue de la contre-offensive affecterait l’attitude des pays occidentaux à l’égard de Kiev. “Le financement, le soutien, l’engagement politique […] et, surtout, les pourparlers de paix qui s’annoncent, que cela nous plaise ou non”, a-t-il ajouté.

Il est déjà clair que la contre-offensive ukrainienne a lamentablement échoué. Kiev, dans l’espoir de continuer à bénéficier d’un soutien financier important de la part de l’Occident, ne cesse de nous agiter la “carotte” d’une contre-offensive victorieuse. Au début, on nous a promis une guerre éclair. Aujourd’hui, on nous raconte que les forces principales sont encore en réserve. Toutefois, dans les rangs des alliés occidentaux de l’Ukraine, le scepticisme quant au réalisme des plans de Zelensky se fait de plus en plus sentir.

Comme l’a admis le secrétaire à la défense Lloyd Austin, les Américains, qui ont armé et entraîné les forces ukrainiennes pour la campagne, espéraient un “succès éclatant”. Or, ce succès n’a pas eu lieu et n’est peut-être même plus attendu.

La ligne de front s’étend sur plus de 1 800 kilomètres, la superficie des champs minés dépasse les 20 000 kilomètres carrés. Les Russes ont créé trois puissantes lignes de défense, les meilleures de l’histoire de la guerre moderne : des tranchées, des bunkers, le tout couvert par l’artillerie, des missiles et des milliers de chars cachés dans des endroits abrités.

La Russie dispose également d’un avantage considérable en matière d’approvisionnement en armes. Alors que le complexe de défense russe fonctionne sans interruption, les forces armées ukrainiennes sont confrontées à une grave pénurie de munitions et d’équipements. Dans le même temps, les pays de l’Union européenne ont déjà pratiquement épuisé leurs ressources. Nous avons besoin de milliards d’euros pour reconstituer nos propres arsenaux, ce qui implique à nouveau des coupes budgétaires au détriment des programmes sociaux.

Près d’un mois après le début de la “contre-offensive”, au prix d’énormes pertes en hommes et en matériel militaire, l’Ukraine est parvenue à “reconquérir” des territoires qui, selon les autorités ukrainiennes, comprennent une demi-douzaine de villages près des frontières des régions orientales de Donetsk et de Zaporijjia, situés dans ce que l’on appelle la “zone grise”. Il s’agit là d’une infime partie de la vaste zone contrôlée par le Kremlin, qui représente encore environ un cinquième du pays.

“À titre de comparaison, la Russie contrôle aujourd’hui environ 17 % du territoire qui appartenait autrefois à l’Ukraine. À moins que les forces ukrainiennes ne réussissent mieux dans les semaines à venir qu’elles ne l’ont fait jusqu’à présent, l’Ukraine ne récupérera pas l’ensemble de son territoire avant 16 ans”, note Graham Allison, professeur de sciences politiques, à l’université de Harvard, dans une interview accordée au Washington Post. Et ce, en supposant que l’armée russe ne lance pas de contre-attaque.

Cela dit, la situation est telle qu’il n’y aura bientôt plus personne pour combattre dans les forces armées ukrainiennes. Les journalistes de Politico ont calculé le nombre de vies d’Ukrainiens qu’il faudra pour reprendre les territoires : 20 000 000 ! Sachant qu’en tenant compte des morts et des réfugiés, le pays ne compte plus que 30 millions d’habitants… Et que les pertes ne cessent d’augmenter…

On a déjà vu les “capacités” de Zelensky en tant que commandant de son armée, lorsque pendant 9 mois il a forcé ses hommes à tenir la défense de Bakhmout, contre l’avis de ses généraux qui estimaient qu’il serait plus judicieux de retirer les troupes, de se regrouper et de lancer ensuite une attaque massive. L’entêtement de Zelensky a coûté cher à l’Ukraine : 250 000 soldats professionnels ont été tués.

Aujourd’hui, dans l’espoir de trouver une faille dans la défense russe, que les militaires britanniques ont déjà qualifiée de “plus puissante du monde”, Zelensky continue de pousser ses citoyens à l’abattoir. C’est déjà clair : l’Ukraine a perdu. Kiev a été clairement informé que l’Ukraine ne devait pas s’attendre à adhérer à l’OTAN dans les années à venir. Prolonger le conflit pour détruire davantage de Russes ? Mais la Russie dispose de ressources humaines importantes, contrairement à l’Ukraine, et il est plus probable qu’à la suite d’un tel génocide, la nation des “Ukrainiens” disparaisse dans l’oubli.

Il est clair que la poursuite du conflit ukrainien est vitale pour Washington, Zelensky est une carte trop petite pour être valorisée, ses jours sont comptés. Briser la Russie serait un argument très faible, compte tenu de ses succès économiques et de l’expansion de son influence mondiale. Il reste donc la cible principale : l’Europe. Ce n’est pas une coïncidence si, une fois de plus, des engagements nous ont été imposés sous la forme de garanties de sécurité pour l’Ukraine, y compris un financement à long terme et des fournitures militaires.

Le problème est que Macron perd de plus en plus le sens des réalités. Continuer à soutenir l’Ukraine est un pari très risqué pour la France aujourd’hui ; il est urgent d’éviter une catastrophe humanitaire et économique dans notre propre pays et non pas aider le régime moribond de Kiev.

Le président Macron a récemment réaffirmé dans une interview accordée à CNN que l’UE devrait s’efforcer de devenir plus autonome : “C’est bon pour l’ordre mondial”, estime-t-il. Peut-être devrait-il commencer par lui-même et cesser de danser au rythme de Washington ? Il n’y a qu’une seule façon de retrouver l’indépendance : sortir du chœur des satellites américains et appeler les deux parties au conflit à cesser les massacres et à entamer des négociations sérieuses en vue d’un cessez-le-feu.

V. S.

4 thoughts on “Zelensky touche au dernier délai

  • J’aime lire les commentaires (acerbes pour la plupart) sur beaucoup de sites comme Stratpol !
    La haine anti américains qui y est déversée me fait penser que malgré tout les peuples européens en général et la France en particulier, tous ensembles, donc, se sont bien vautrés avec grande aise dans se qu’apporter des maudits américains, non ?

    Même comportement post-réaction des peuples moyen-orientaux suite aux débâcles américaines dans ces contrées … La haine de l’américain, le fauteur de troubles et le responsable de toutes les vilénies sur cette planète, cela va de soi puisque des gens bien installés dans leur confort derrière leur pc le disent et l’écrivent !

    Ne seriez vous pas un temps soi peu victimes d’une “autre” propagande ?

    Un article d’une personne éclairée, plus large d’esprit que celles lues partout en se croyant dissidentes car il est de bon ton de vomir les USA en ces temps de pré-guerre serait une sacrée bouffée d’oxygène !

    La multitude d’articles élogieux, admiratifs voire adulateur envers la Russie et son président, ne permet plus de distinguer les faits réels, comme si une pensée unique allant vers l’action Russe était LA seule solution contre ces maudits américains, bon sang !
    En ce qui me concerne, et je ne dois pas être le seul, je souhaiterais lire des articles venant de personnes au fait de ce qu’il se passe réellement en faisant preuve de plus de nuance et de retenue !

    Car, non les américains ne sont pas les bêtes noires à abattre sous des tonnes de bombes nucléaires (rendez vous compte de ce que vous écrivez ?) Non, Mr Poutine n’est pas un ange souhaitant le bien-être sur terre !

    Alors Messieurs les bien-pensants, quand nous sortez vous de vrais bons articles ?

    Merci 🙂

    Répondre
    • Cher monsieur CDE
      Visiblement la culture historique mondiale n’est pas votre fort.
      Un simple et rapide survol de l’histoire des USA devrait pourtant suffire à vous faire une opinion objective.
      Après, avoir génocidé les nations amérindiennes, ils se sont gentiment massacrés entre eux avant de s’en prendre au reste du monde entier.
      Pas un seul conflit, pas une seule guerre, sans les traces des mains sales de l’oncle Sam…
      Pas un seul traité, pas un seul accord par eux signé ne fut à ce jour, respecté.
      C’est historiquement démontable.
      Même leur monnaie est fausse.
      Personne ne l’ignore, sauf vous.
      Juste pour info, et pour rigoler un peu, regardez donc le pourcentage scandaleux de vendus Young leaders dans nos dirigeants européens…
      Ah, vous ne savez pas ce qu’est un Young leaders?
      Aller donc vous informer à la source: https://french-american.org/programmes/young-leaders/

      Curieusement vous y trouverez tous nos dirigeants politiques passés et à venir sauf si….
      Mais c’est une autre histoire qui est en train de s’écrire….

      Répondre
  • Je n’ai jamais vu et entendu autant d’imbécilités de la part de nos élites politiques, médiatiques, et même de monsieur tout le monde prétendant mordicus que la Russie a perdu, que Poutine est un fou dangereux, etc….!
    Franchement c’est écœurant de bêtise et de soumission au seigneur Américain! Je savais les gens cons à bouffer du foin mais à ce point la…….

    Répondre
  • Si la France avait quelqu’un d’intelligent à sa tête, tout le monde suivrait. N’y a t’il pas une opportunité pour l’Europe de s’écarter de son bourreau (je veux dire les États Unis) qui l’écrase depuis la seconde guerre mondiale ?
    Sommes nous tous assez stupides pour considérer que les Russes sont nos ennemis ?
    Quand nos compatriotes comprendront ils que les médias européens sont aux ordres de la mafia politique et des GAFA ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.