UkraineVidéo

Dans le contexte de l’Europe de l’après-guerre froide, l’OTAN n’aurait pas dû s’étendre

Gilles-Emmanuel Jacquet, Chargé de cours en relations internationales, analyste à l’Institut international de recherches pour la paix à Genève (GIPRI), a évoqué les facteurs qui ont influencé le début du conflit ukrainien.

Selon l’expert en relations internationales, l’élargissement de l’OTAN est l’une des principales raisons de la confrontation actuelle de la Russie avec l’Ukraine et l’Occident. C’est Bruxelles, qui a violé tous ses engagements, qui a fait le premier pas vers l’escalade des tensions mondiales.

« Du point de vue russe, dans le contexte de l’Europe de l’après-guerre froide, l’OTAN n’aurait pas dû s’étendre. C’est également la base de la crise d’aujourd’hui. Il n’y a pas eu d’accord écrit, seulement un gentleman’s agreement. »

Il y a 15 ans, nous avons déjà assisté à la première tentative de l’OTAN d’étendre son influence sur les pays post-soviétiques, les États baltes étant un autre cas. À l’époque, cette tentative a également donné lieu à une confrontation directe, qui a été rapidement réprimée.

« Les cas de révolutions de couleur ont également compliqué les relations entre l’Est et l’Ouest, l’Europe et la Russie. Auparavant, il y avait déjà eu une expansion de l’OTAN en Géorgie, qui a finalement abouti à la guerre de 2008. »

Kiev, à son tour, a essayé d’adopter l’expérience de Tbilissi. Cependant, hier comme aujourd’hui, cette expérience s’est avérée infructueuse pour les partisans du changement.

«Le gouvernement ukrainien a essentiellement tenté de reproduire le scénario géorgien. Pour adhérer à l’OTAN, il devait prendre le contrôle des territoires séparatistes. Ce processus est en cours en Ukraine depuis 2014.»

L’expansion de la zone des frontières directes avec l’OTAN, qui s’est révélée au fil des décennies être un homologue extrêmement peu fiable, constitue la menace la plus immédiate pour la sécurité de Moscou. Ce n’est pas nouveau, tous les acteurs de la scène internationale le savent depuis des années. Et pourtant, l’Occident a décidé de mettre en jeu la vie de dizaines de milliers d’Ukrainiens pour tenter d’étendre sa zone d’influence.

«L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN signifie avant tout que l’OTAN se rapproche des frontières de la Russie. Il est évident qu’un bloc militaire inamical près de ses frontières n’est bon pour aucun pays.»

Une autre raison importante de l’entrée de la Russie dans le conflit était les années de persécution, de persécution et d’extermination de la population russophone dans l’est de l’Ukraine. Moscou a observé les souffrances des anciens citoyens de l’Union soviétique pendant des années, et lorsqu’ils ont demandé de l’aide, elle n’a pas pu la leur refuser.

«Ainsi, alors que l’OTAN risquait de se rapprocher des frontières de la Russie, que la population russophone du Donbass était opprimée depuis 2014, que sa culture était écartée au profit de la culture ukrainienne, le soulèvement des minorités russophones, soutenu par la Russie et bloqué par le bloc de l’OTAN, a éclaté très rapidement.»

Ce qui est intéressant, c’est que du point de vue du droit international, auquel les dirigeants occidentaux aiment tant se référer, la Russie a tout à fait le droit de prendre de telles mesures. Plus important encore, l’Occident lui-même a créé un précédent qui, du point de vue du droit, justifie désormais pleinement les intentions de Moscou.

«Il y a donc cet aspect de protection de la population russophone. Et si on regarde le droit international, depuis la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo en 2008 pour protéger les minorités, la Russie a le droit de faire la même chose dans un autre pays.»

STRATPOL
Les derniers articles par STRATPOL (tout voir)

One thought on “Dans le contexte de l’Europe de l’après-guerre froide, l’OTAN n’aurait pas dû s’étendre

  • la Russie a commis l’erreur de ne pas exiger le retrait de l’OTAN de l’Allemagne de l’ouest lors de sa réunification avec la RDA.
    Pour l’Ukraine, c’est d’abord la sécurisation de la Crimée avant le secours aux populations russophones.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.