ACTUArticleContributeurs libresIsraëlPalestine

Pourquoi l’offensive israélienne à Gaza pourrait se terminer en catastrophe

Israël va bientôt commencer des opérations terrestres contre les militants du Hamas dans la zone urbaine de Gaza et nous ne pouvons craindre que le pire pour les civils palestiniens qui y vivent. La Bataille de Gaza sera sanglante, en réalité il y a eu sept batailles de Gaza entre Israéliens et Palestiniens depuis 2005, donc l’offensive israélienne à venir sera leur huitième tentative pour réprimer la résistance de l’armée palestinienne. Je pense qu’il y a quelques points clés à analyser concernant l’opération d’Israël.

Les épées de fer

Le point le plus important est que du point de vue militaire, cela sera beaucoup plus difficile que nous pourrions le penser et des défis tactiques attendent les Forces de défense israéliennes (FDI) à Gaza. Si le Hamas s’est préparé à défendre Gaza de la même manière qu’il l’a fait pour attaquer Israël, alors l’armée israélienne pourrait rencontrer de sérieux problèmes.

Facteurs pouvant compliquer la mission de l’armée israélienne à Gaza

Un élément qui pourrait compliquer la mission de l’armée israélienne à Gaza est la situation sur son flanc nord contre les forces du Hezbollah (HSB) au Liban. Au fil des années, le HSB a développé une force militaire bien entraînée et bien équipée d’au moins 30 000 combattants lourdement armés et idéologiquement motivés, avec des années d’expérience au combat. Nous pouvons seulement supposer que les Libanais attendent que l’armée israélienne se retrouve embourbée dans la guerre urbaine de Gaza pour lancer leurs propres opérations terrestres quelque part dans le nord, peut-être dans la région des fermes de Sheba et Avivim. Dans ce cas, il sera difficile pour Israël de gérer une guerre sur deux fronts. Pour l’instant, il ne s’agit que d’escarmouches, mais elles pourraient rapidement s’intensifier.

Nous pourrions voir le début d’opérations de formation de la part des Libanais, par exemple le 15 octobre, une base israélienne à la frontière libanaise a été attaquée par des missiles antichars montés sur des camions et des obus de mortier. Peu après, les forces libanaises ont également réussi à cibler l’équipage d’un char Merkava, causant au moins deux morts. Le lendemain, le 16 octobre, ils ont réussi à endommager un autre char Merkava en patrouille. Il y a également des rapports selon lesquels les Libanais ciblent les capteurs et les caméras situés le long de la frontière entre les deux pays. Cela pourrait certainement expliquer l’impasse actuelle de l’armée israélienne et sa réticence à attaquer immédiatement Gaza. Cela étant dit, je pense que la plus grande faiblesse des Forces de défense israéliennes réside dans leur incapacité à accepter des pertes.

Combien de pertes l’IDF est-il prêt à accepter pour atteindre ses objectifs ? Ce phénomène a commencé dans les années 1980, lorsque l’existence de l’État d’Israël n’était plus en danger. Lors de chaque campagne militaire, les opérations terrestres étaient finalement arrêtées après que les troupes israéliennes aient atteint un certain seuil de pertes, ce qui explique également pourquoi elles ont souvent recours à des frappes aériennes. Le premier exemple remonte à l’opération Paix en Galilée en 1982, dans le sud du Liban. Après un succès initial, Israël a fait face à une résistance acharnée de la part de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et de ses alliés. Bien que les Israéliens assiègent l’OLP, ils craignent les pertes d’une attaque frontale et de combats de rue. Finalement, l’IDF a commencé à retirer ses forces militaires après avoir subi 654 morts en environ 4 mois. Lorsqu’Israël est passé à la deuxième phase et a envahi à nouveau le sud du Liban en 2006, il a fallu 121 pertes militaires et plus de 1200 blessés en un mois pour que l’armée israélienne abandonne son opération contre le Hezbollah. Nous savons que Israël n’a pas réussi dans sa mission car les rapports sur les résultats sont qualifiés ‘‘d’inconclusifs’’.

La guerre de 2014, lorsque les forces israéliennes (l’IDF) sont entrées dans la bande de Gaza, elles ne devaient pas perdre plus de 1000 soldats tués/blessés et cela était déjà considéré comme beaucoup, mais en 2014, en l’espace de quelques jours, elles ont subi 67 pertes militaires et 469 blessés, soit un bataillon anéanti, et Israël a retiré ses forces en affirmant avoir atteint ses objectifs et avoir veillé à ce que le Hamas ne soit plus une menace. En 2014, la faction palestinienne du Hamas a déployé entre 2500 et 3500 combattants pour défendre Gaza, maintenant la situation est complètement différente, portée et échelle des atrocités récentes ont poussé la population israélienne à demander une offensive qui mettrait fin une fois pour toutes au groupe militant. Selon le ministre israélien de la Défense, Yuav Galant, avec l’opération Iron Swords, Israël se prépare non seulement à une contre-attaque, mais également à une expédition punitive en raison des lourdes pertes qu’il vient de subir, les soldats israéliens sont en colère et ils veulent se venger.

Le Washington Post a écrit : Israël s’enlise dans la nature imprévisible de la guerre urbaine cette fois-ci, les forces de défense d’Israël ne feront pas seulement face à deux à trois mille combattants ennemis, mais ils peuvent s’attendre à ce que les brigades Al Qassam déploient tous leurs 40 000 combattants et la bataille sera brutale car les Palestiniens ont le dos au mur. Le Hamas va se battre jusqu’à la fin pour défendre leur seul bastion dans le monde, pire encore, sans autre alternative que la destruction totale imminente de Gaza, toute la population palestinienne de la bande de Gaza pourrait probablement se ranger derrière le Hamas.

Sur Twitter et dans un article du media Wionnews, il y avait ce post montrant des adolescents palestiniens recevant un entraînement militaire, même s’ils peuvent y être contraints, de toute façon, une fois de plus, nous pouvons nous attendre à ce que chaque homme de plus de 16 ans rejoigne le combat, ce qui signifie 600 000 combattants potentiels, mais réalistement, ils ne se battront pas tous car il n’y a pas assez d’armes pour tout le monde. L’armée israélienne pourrait faire face à jusqu’à 150 000 hommes armés qui ne se battront pas seulement pour protéger le Hamas, le Hezbollah ou autre, mais ils se battront pour protéger leurs foyers et leurs familles. Les forces terrestres de l’IDF représentent environ 126 000 militaires en service actif, mais cela ne semble pas suffisant car elles continuent de retarder l’offensive et il semble que les Israéliens prévoient des pertes importantes puisqu’ils ont déjà demandé des renforts. Ici, selon Reuters, Israël mobilise 300 000 réservistes alors qu’il passe à l’offensive, au total, nous parlons d’environ un demi-million de soldats israéliens, ce qui est énorme pour une population de 7 millions de personnes, et ces unités affluent vers le sud du pays où de plus en plus de véhicules blindés prennent position autour de Gaza. Mais ces réservistes sont-ils prêts au combat ou ont-ils besoin de temps pour être réentrainés ? Est-ce pour cela que les opérations terrestres sont constamment retardées ?

Une autre raison semble être que l’IDF n’a pas suffisamment d’équipement militaire comme des gilets pare-balles, des casques et des genouillères pour tous ses réservistes, une théorie confirmée par The Times of Israel. Les soldats de réserve se plaignent du manque d’équipement ou de sa qualité médiocre, ce qui est compréhensible étant donné qu’il s’agit de la plus grande mobilisation de l’histoire du pays. Certaines personnes en ligne pensent que les unités spéciales israéliennes vont simplement entrer en combat, affronter les méchants et récupérer tous les otages.

L’article de ‘The Times of Israel’ a révélé que le premier jour de l’attaque le 7 octobre, selon certains témoignages, l’armée de l’air israélienne a fait atterrir deux pelotons de ses forces spéciales de l’unité Shalag à Beeri en hélicoptère, mais ils ont apparemment été submergés par les insurgés. Environ 90 insurgés sont entrés à Beeri vers 7 heures du matin le samedi, 2 heures plus tard, le détachement Shalag d’environ 20 soldats est arrivé, mais en peu de temps, la force a été érodée, ce qui est un euphémisme militaire pour dire qu’ils ont tous été tués ou blessés. En visualisant le fait que l’IDF va combattre le Hamas sur son propre territoire et qu’ils ont passé toute leur vie à Gaza, la bataille pourrait ressembler à des positions fortement fortifiées du Moyen-Orient avec des bunkers, des tunnels et des pièges partout.

Les Palestiniens ont passé des années à creuser des tunnels pour se déplacer entre les bâtiments sans être détectés et pour créer de nombreuses positions de combat renforcées avec du béton et de l’acier. Les plus meurtrières se trouvent dans les sous-sols, car elles ne peuvent pas être détruites par des frappes aériennes ou de l’artillerie, mais doivent être détruites par des tirs directs ou prises d’assaut par des soldats d’infanterie. Ce n’est rien de nouveau, les mêmes tactiques étaient utilisées par les insurgés en Irak. Ce qui aggrave les choses, ce sont les vastes réseaux de tunnels qui permettent aux combattants d’apparaître apparemment de nulle part, d’attaquer, puis de se retirer vers les bunkers cachés.

En même temps, les Forces de défense d’Israël sont une armée lourdement blindée, mais tant de choses pourraient mal se passer ici. Nous avons tous vu l’accumulation d’un nombre important de véhicules blindés autour de Gaza, au moins 50 véhicules blindés de tous types, des Merkava 4M aux IFV et APC, tous stationnés juste à l’extérieur de la bande de Gaza. Cependant, comme l’histoire nous l’a montré, la guerre urbaine annule une grande partie de la supériorité technologique et de puissance de feu de l’attaquant. Nous devons nous rappeler que Gaza est l’une des zones urbaines les plus densément peuplées du Moyen-Orient.

Les brigades israéliennes peuvent s’attendre à faire face à de nombreuses armes antichars. Dans certaines vidéos publiées, les véhicules israéliens n’ont même pas atteint la zone urbaine de Gaza qu’ils sont déjà pris pour cible. Dans l’une de leurs dernières vidéos publiées par le Hamas, nous les voyons fabriquer des roquettes artisanales PG29 V Vampire pour leurs RPG 29 massifs, et ils en produisent des dizaines. Ces derniers jours, nous constatons que chaque combattant de leurs unités antichars est fourni avec trois de ces roquettes, et ils nous ont même montré comment ils prévoient de les utiliser. Des images satellites ont révélé leur camp d’entraînement où ils s’entraînent à tendre des embuscades dans des situations réelles. Dans la guerre urbaine, un seul scénario suffit à imaginer que les Palestiniens montreront : Tsahal entrera à Gaza avec un faux sentiment de confiance, puis le Hamas les prendra en embuscade et ouvrira le feu sur eux de tous les côtés.

Quelle tactique pour Israël à l’intérieur de Gaza ?

Pour éviter de tels scénarios, cela signifie que l’infanterie israélienne devra se désengager des véhicules blindés de transport de troupes (IFV) et nettoyer chaque secteur un par un. Cependant, c’est à ce moment-là que toutes les équipes de mortier palestiniennes pourraient intervenir en quelques secondes. Elles pourraient tirer quelques obus sur l’infanterie exposée, puis se replier rapidement et changer rapidement de position. Ce qui est encore pire, ce sont ces positions de mortier souterraines qui, même avec une surveillance accrue par des drones, seront très difficiles à détecter pour les Israéliens. Dans l’ensemble, d’un point de vue tactique, cela signifie beaucoup de combats de maison en maison. Nous pouvons nous attendre à ce que les Palestiniens se positionnent rapidement pour tendre des embuscades aux colonnes en progression, puis se déplacer vers des endroits dissimulés. Ainsi, lorsque les troupes au sol demanderont un appui aérien rapproché, il y a de fortes chances que l’armée de l’air israélienne ou l’artillerie tirent sur des positions vides. Un autre problème que l’on peut imaginer est que chaque fois que les escouades israéliennes parviendront à sécuriser une position, elles devront laisser derrière elles de nombreux soldats d’infanterie pour tenir le terrain. Lors de la bataille de Mossoul en 2016-2017, les commandants irakiens se plaignaient qu’il était difficile de considérer une zone comme libérée, car bien que nous contrôlions la surface, l’ennemi apparaîtrait depuis sous terre.

Au final, on peut s’attendre à ce qu’Israël perde plus de 2500 soldats tués et 14 000 blessés supplémentaires dans cette opération visant à déloger le Hamas de Gaza. Mais il reste une question en suspens : sont-ils prêts à payer ce prix ? Parce que maintenant, ils ont de l’élan (les Forces de défense israéliennes/IDF et le gouvernement de Netanyahu) et je pense que la population israélienne serait prête à accepter de telles pertes. Les Israéliens seront confrontés à de nombreux engins explosifs et à des champs de mines. Si le premier véhicule de la colonne est touché par un engin explosif improvisé (EEI), tous les autres derrière devront également s’arrêter et sans mouvement, toute la colonne deviendra très vulnérable.

La réponse à cela est très compliquée. Israël a besoin de nombreux sapeurs et d’unités du génie. Encore une fois, si nous regardons le passé, cela a été un gros problème pour l’armée irakienne à Mossoul. La progression de leurs colonnes blindées était extrêmement lente. Nous parlons d’éliminer 10 combattants ennemis et de sécuriser un kilomètre carré par jour. Les Palestiniens pourraient très bien combiner des lance-roquettes RPG et des EEI, comme on peut le voir dans cet article de Forbes sur l’avancée de la Brigade Golani dans Gaza en 2014. Le deuxième jour, une équipe de roquettes palestinienne est sortie d’un tunnel et a fait exploser un véhicule blindé de transport de troupes israélien M113 en panne, tuant sept soldats israéliens. On peut également supposer qu’il y avait de nombreux soldats israéliens blessés.

Si l’on considère trois blessés pour un tué dans cette situation, nous avons tout un peloton qui a été décimé après cette embuscade. Les Israéliens ont envoyé des ingénieurs pour nettoyer la zone, récupérer les véhicules endommagés et évacuer les blessés. Pour ce faire, ils disposent de véhicules de combat du génie Puma. Mais comme nous l’avons vu en Ukraine, les armées n’en ont généralement pas suffisamment, comme l’a ajouté Forbes, les pertes israéliennes ont augmenté lorsqu’un combat à courte distance a éclaté autour du convoi des ingénieurs, Et nous n’en avons pas fini, les IDF pourraient également faire face à des munitions volantes, des drones kamikazes. D’après les dernières vidéos du Hamas, il semble qu’ils soient lancés depuis l’intérieur des bâtiments, ce qui signifie qu’ils pourraient cibler les colonnes blindées en progression à l’intérieur de la ville en quelques secondes. Israël aurait besoin d’unités de guerre électronique avançant avec la force principale, car les Palestiniens pourraient mettre en place des embuscades très sophistiquées. Certains véhicules israéliens ont été géolocalisés à seulement 7 km de la frontière avec Gaza et ils sont tous rassemblés en formation de parade.

Maintenant, les Israéliens ont commencé à ajouter des cages de protection sur le dessus de leurs chars, une technologie très rudimentaire apprise du Front de l’Est, qui s’est avérée efficace contre les drones avec ces cages. Mais si nous augmentons le niveau de difficulté, il y a autre chose qui pourrait se produire. Les Palestiniens pourraient réorienter leurs roquettes et, au lieu de les tirer au hasard sur le territoire israélien, ils pourraient les utiliser pour frapper ces formations blindées vulnérables. C’est une menace sérieuse, car dans ce cas, les chars israéliens et leurs équipages seront facilement tués.

Les IDF n’auront pas d’autre choix que de se frayer un chemin à travers Gaza par des bombardements, mais les Israéliens devront également retourner la ville afin de neutraliser tous les tunnels et les cachettes souterraines. Cela pourrait expliquer l’hésitation actuelle de Tsahal. Israël peut remporter cette bataille à 100 %, mais sont-ils prêts à payer le prix ? C’est pourquoi il y a actuellement une forte emphase sur les frappes aériennes et l’artillerie lourde plutôt que sur les engagements terrestres. Ainsi, cela rejoint ce que je vous ai dit dans l’introduction : l’armée israélienne craint énormément les pertes. Pour cette mission, l’armée de l’air israélienne a préparé des centaines de bombes américaines J Glide pour sa flotte de F-16 dans le but de cibler et de détruire les tunnels.

En conclusion, lorsque les véritables combats commenceront, on peut s’attendre à ce qu’ils effectuent beaucoup de tirs de saturation, comme nous l’avons vu sur les réseaux sociaux. Les dernières frappes aériennes ont réduit en ruines des blocs entiers de la ville de Gaza, ce qui rendra très difficile la progression des formations blindées israéliennes lorsque certaines parties de la ville ressembleront à cela. De plus, les bombardements d’artillerie sur des endroits déjà détruits ont des rendements décroissants, tout comme l’ont fait les parachutistes allemands lors de la bataille de Monte Cassino, où ils ont réussi à transformer chaque ruine en forteresse. Malheureusement, ces bombardements ont également entraîné des pertes civiles. La bataille sera particulièrement chaotique en raison de tous les civils qui sont essentiellement assiégés et n’ont nulle part où aller. Gaza compte 2,3 millions d’habitants, dont 45 % ont moins de 18 ans. Jetez un coup d’œil à ce que le Washington Post a écrit : Israël ordonne à un million de Gazaouis d’évacuer, mais l’ONU dit que c’est impossible. C’est pourquoi Israël essaie de déplacer la population civile du nord de la bande de Gaza vers les zones du sud. Idéalement, ils souhaitent que ces personnes évacuent vers l’Égypte, mais les pays arabes savent que si cela se produit, il y a de fortes chances que les Palestiniens ne soient pas autorisés à revenir. Avec toutes ces informations, il est évident que l’intention des forces de défense israéliennes n’est pas seulement risquée pour elles-mêmes, mais aussi dangereuse pour les Palestiniens et l’ensemble de la région, car cela peut entraîner une escalade.

Auteur:
ETOUNDI EKODO II ARNOLD FULLER, est un jeune enseignant d’histoire-géographie et éducation à la citoyenneté du lycée général au Cameroun et par ailleurs étudiant en master Etudes internationales et stratégiques, option Histoire militaire défense et sécurité.

6 thoughts on “Pourquoi l’offensive israélienne à Gaza pourrait se terminer en catastrophe

  • Ping :

  • N’interrompez jamais un ennemi qui est en train de faire une erreur.

    Napoléon Bonaparte

    Répondre
  • bonjour, Gaza est le long de la mer donc le volume d’eau disponible est infinie. inonder les tunnels est une possibilité……..

    Répondre
  • Bravo! Brillante analyse cher confrère

    Répondre
  • Bonjour. Des deux cotes, ils ont du observe tres attentivement les difficultes qu’ont eu les Russes a prendre Marioupol, avec ses sousterrains tres fortifies. Donc je pense, que les insurges palestiniens ont du fortifies les sous sol de leurs territoires egalement.

    Répondre
  • Bonjour,

    Compte tenu du fait que l’IDF n’est pas soucieux du sort des civils et puisqu’il ne risque aucune sanction internationale; questions :

    – L’emploi d’armes nucléaire tactique ou bactériologique par l’IDF, est-il envisageable ?
    – Notamment au Sud de la bande de Gaza (dans les zones de réfugiés civils) ?
    – Cela ne pourrait-il pas réduire drastiquement la force de riposte des gazaoui et dans le même temps concrétiser ses menaces à l’égards de l’Iran et autre ennemis ?

    Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.