Victoire de Bolsonaro : les brésiliens ont changé les règles du jeu

Avatar photo

Nicolas Dolo

Nicolas DOLO est diplômé en droit de Paris XI, BBA management/finance de l'ISG, MBA en Stratégie de Pace University (New York), AMDP de Harvard University, MRSIC de l'Ecole de Guerre Economique. Multilingue, sa vie personnelle et professionnelle l'amènent à connaître en profondeur deux grands pays, le Brésil et la Russie, très différents mais convergents à plus d'un égard.

Nicolas Dolo has 13 posts and counting. See all posts by Nicolas Dolo

Avatar photo

2 réflexions sur “Victoire de Bolsonaro : les brésiliens ont changé les règles du jeu

  • Cher Monsieur Dolo, accessoirement journaliste après m’être reconverti dans l’art de rue (je m’occupe tout de même d’un journal électronique appelé “Franc-Plaisir”) je suis “enchanté” par le fait que vous nagiez à contre-courant des opinions reçues largement en vogue parmi les milieux intellectuels de notre France si appauvrie cérébralement. Pendant 17 ans, j’ai été journaliste (correspondant pigiste, payé au lance pierre) au Brésil et l’une des raisons pour lesquelles j’ai quitté ce pays était “le bordel” qu’avait engendré, à tous les niveaux, la gestion désastreuse du PT, le Parti des Travailleurs. Pourtant, je l’aimais, ce pays! Je pense, et peut-être serais-je traité de complotiste, que l’accession de Lula au pouvoir a été encouragée par toute une frange de la communauté économique qui a vu en lui l’homme idéal pour se laisser corrompre et acheter. Lula est vaniteux, souvent naïf, faussement “socialo” et il ne fait aucun doute, comme tout homme de gauche qui se respecte, qu’il aime autant l’argent sinon davantage que les décideurs à droite. Lula est une excellente marionnette, un homme en apparence fréquentable mais qui a feint de ne pas vivre encerclé par un bataillon d’élus voyous, en premier lieu José Dirceu. Il a laissé tout comme Dilma Rousseff un héritage en termes économiques assez catastrophique. D’après les échos que j’ai à travers certains Brésiiens anti-Lula rencontrés à Paris, le Brésil est sur la pente ascendante et se remet assez vite de la tornade que lui a infligée la pandémie. Personnellement, je trouverais absurde que Lula, qui n’a rien perdu de sa verve et de son culot, ne revienne au pouvoir. Je le comparerais volontiers, par son âge et sa sympathie pour le communautarisme, à un “Biden à la brésilienne”. Incroyable de penser qu’un pays encore jeune comme le Brésil puisse avoir à sa tête un vieux monsieur qui s’est racheté un certificat de bonne conduite… En tout cas, bravo pour votre lucidité et ce que vous avez déclaré il y a 4 ans maintenant reste toujours très actuel je pense. Sincères sentiment. Yann Le Houelleur

    Répondre
  • Bonjour,
    Je viens de découvrir votre site. Franco-Brésilien, je ne supporte plus les commentaires et les “analyses” de la presse française sur l’actualité de mon second pays. Dans 90% des cas, ces articles relèvent la misère de leurs auteurs et leurs oeillères idéologiques. Je suis consultant à Sao Paulo et auteur d’un livre publié en France en mai “Brésil, les illusions perdues”, qui a laissé la presse française politiquement correcte un peu agacée…
    Continuez, cela fait du bien de voir des considérations émises par un vrai connaisseur.
    Parabens. Salutations.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *